Droits et libertés

Acquis de Schengen : Une Europe forteresse sans cesse renforcée

Intervention lors des débats sur les modification du système Schengen - Strasbourg 6 juillet 2011

Que de voix pour saluer les acquis de Schengen. On ne peut parler de la liberté de circulation à l'intérieur de l'Union européenne sans parler de ses conséquences sur sa fermeture à l'extérieur. Cessons de nous faire peur avec quelques dizaines de milliers de Tunisiens. Cessons les amalgames. Et parlons des dizaines d'hommes et de femmes enfermés dans des centres de rétention aux frontières de l'Europe de part et d'autre de ces frontières.

Des dizaines d'entre eux sont renvoyés dans leur pays d'origine sans même avoir pu mettre en œuvre leur droit à l'asile. D'autres sont privées de leur droit de vivre en famille. Où sont les droits fondamentaux de ces hommes de ces femmes et de ces enfants ?

Qu'en est-il de leur liberté de circulation? Qu'en est-il de la solidarité entre les pays de l'Union et vis à vis des pays tiers quand on conditionne les accords de partenariat à la réadmission de leurs ressortissants.

Accords PNR : toujours plus de fichage pour des résultats qui restent à démontrer

Communiqué de Marie-Christine Vergiat - députée européenne Front de gauche - membre de la commission libertés civiles, justice et affaires intérieures - Strasbourg 5 juillet 2011

Le Parlement européen a demandé le lundi 4 juillet à la Commission européenne de rendre compte des négociations actuelles de trois accords internationaux pour la collecte des données des passagers aériens (dit PNR) avec les Etats-Unis, l'Australie et le Canada. Ces trois projets d'accord posent des problèmes, mais c'est celui avec les USA qui est le plus problématique.

La Commission nous affirme que les résultats justifiant une collecte de plus en plus  large de données des passagers sont là mais elle s'avère incapable de nous le démontrer.

Pire, une analyse des services juridiques de la Commission européenne a récemment conclu que l'accord sur les données PNR avec les Etats-Unis n'était pas compatible avec la Charte des droits fondamentaux. Parallèlement, les experts de l'Agence des Droits Fondamentaux de l'UE et le Contrôleur européen de la protection des données (CEPD/EDPS) ont exprimé leurs inquiétudes face à ce projet d'accord.

Après la visite des migrants tunisiens au Parlement européen : l'urgence de l'action de l'UE

Communiqué de Marie-Christine Vergiat - Députée européenne Front de Gauche - Membre de la sous-commission droits de l'Homme - membre de la délégations pour les relations avec le Maghreb - Strasbourg 8 juin 2011

Le 8 juin 2011, j'ai accueilli au Parlement européen une délégation de jeunes migrants tunisiens confrontés au cynisme des politiques européennes tout particulièrement en France et en Italie. Ils ont pu exposer leur calvaire mais aussi leurs espoirs à des députés européens appartenant à de nombreux groupes du Parlement européen.

A l'issue de cette visite, je souhaite mettre en avant un certain nombre de propositions que l'Union européenne s'honorerait de reprendre :

-Accueillir des réfugiés qui ont fui la Libye et qui se trouvent bloqués depuis plusieurs semaines voir plusieurs mois dans les camps notamment à la frontière tuniso-libyenne au risque de créer des tensions avec la population locale qui a pourtant fait un immense effort de solidarité vis à vis des 400 000 personnes qui ont fui la Libye depuis la fin février;

Exigeons la protection temporaire pour les tunisiens arrivés principalement en France via l'île de Lampedusa

Communiqué de Marie-Christine Vergiat -Députée européenne Front de gauche -membre de la commission Libertés-civiles, justice et affaires intérieures -  membre de la sous-commission Droits de l'Homme - Strasbourg le 9 juin 2011

Avec 13 autre parlementaires européens j'ai demandé au Conseil des ministres de l'UE réunis au conseil justice et affaires intérieures, l'activation de la directive 2001/55 c'est-à dire l'activation de la protection temporaire aux tunisiens arrivés ia l'Ile de Lampedusa depuis le 14 janvier.

Lettre ouverte de députés européens
aux Ministres des Etats membres de l'UE en charge des Affaires Intérieures
en vue de la réunion du Conseil JAI des 9 et 10 juin

Question au SEAE : l'accueil des réfugiés à la frontière tuniso-libyenne

Dans le cadre de mon travail dans la sous-commission droit de l'Homme j'ai déposé une question sur la gestion de l'accueil des réfugiés actuellement présents dans les camps à la frontières tuniso-libyenne. La Tunisie a acceuilli plus de 400 000 réfugiés depuis le début des conflits en Libye, aujourd'hui il reste quelques milliers de réfugiés qui ne peuvent pas être réacheminés vers leur pays d'origine (Erythréens, Soudanais, Somaliens, Irakiens...), l'Union européenne peut et doit aider la Tunisie à gérer ces demandes d'asile de personnes qui sont pour certaines d'entre elles dans les camps de réfugiés depuis déjà plusieurs mois.

La situation dans les camps de réfugiés à la frontière tuniso-libyenne s'est dégradée la semaine dernière à la suite d'incidents dans le camp de la Choucha.

Depuis le début du conflit libyen les pays frontaliers de ce pays ont accueilli plusieurs centaines de milliers de réfugiés dont la moitié en Tunisie.

La communauté internationale,  via notamment l'OIM et l'UNHCR, ont fait face à la situation par la création de camps de réfugiés et le rapatriement de très nombreux ressortissants vers leurs pays d'origine.

Schengen : Ce serait risible si la situation n'était pas si dramatique

Intervention de Marie-Christine Vergiat - Députée européenne Front de Gauche - Elue pour le Sud-Est - Membre de la commission libertés civiles, justice et affaires intérieures - Strasbourg 10 mai 2011

Nous sommes confrontés à un débat surréaliste.
Il faudrait remettre en cause la liberté de circulation des personnes en Europe et remettre en place les frontières nationales pour faire face à des "flux" de migrants qui s'abattraient sur l'Europe depuis la révolution Tunisienne.
Si les conséquences de ces gesticulations n'étaient pas aussi dramatiques et loin des réalités, on pourrait en rire.
Mais plus de 1 150 personnes sont mortes en Méditerranée depuis le début de l'année 2011.

23.000 Tunisiens sont arrivés en Italie.
Pendant ce temps là,  plus de 700.000 personnes ont fui la Libye pour se refugier dans les pays voisins et ont eu un autre accueil que celui que sait leur réserver l'Europe.

Mr. Sarkozy et Berlusconi font prévaloir des intérêts électoralistes à courte vue, manient les peurs et font croire à une invasion.
Foutaises ! Quand  l'Europe cessera-t-elle de mettre en contradiction ses discours et ses actes?

Question écrite : Contrôle de ressortissants d'Afrique du Nord à la frontière franco-italienne

Voici la question écrite à la Commission européenne, que j'ai rédigée suite au blocage des migrants tunisiens à Vintimille. La France a instauré dans les premiers jours d'avril des contrôles aux frontières et a bloqué, le 17 avril 2011, la circulation des trains à la frontière avec l'Italie. Cette décision fait suite à la signature par le gouvernement italien d'un décret qui permet aux autorités de fournir des permis de séjour temporaire aux migrants tunisiens arrivés à Lampedusa depuis la chute du régime tunisien avant le 5 avril.

Cette suspension de la circulation a notamment empêché la venue de citoyens italiens à la frontière franco-italienne pour manifester contre le sort fait aux migrants tunisiens. Les autorités françaises ont invoqué le risque de trouble à l'ordre public.

Sommet Berlusconi Sarkozy : Quand cesseront-ils de se moquer du monde?

Communiqué de presse de Marie Christine Vergiat - Députée européenne du Sud Est - Coordinatrice de la Délégation française du Front de Gauche - Gauche unitaire européenne/ Gauche verte nordique

Après les pantalonnades du Sommet franco-italien, je n'ai pas résisté au plaisir de publier un communiqué de presse qui retrace les péripéties de ce faux problème monté en épingle à des fins purement électoralises de chaque côté de la frontière. Au moment où les Tunisiens construisent pas à pas leur démocratie, nous pourrions espérer que l'Europe montre un autre visage et essaye de fair oublier son passé. Mais c'est tout le contraire que l'on a vu. .

2011-04-26

Une nouvelle fois, le chef de l'Etat français s'empare de la question des migrations pour occuper le devant de la scène médiatique et là, il a trouvé un comparse de 1er choix en la personne de Silvio Berlusconi. Point commun des deux hommes : être à l'origine des lois les plus répressives en matière d'immigration en Europe pour mieux chasser les voix de l'extrême droite.

Blocage des immigrés à Vintimille : L'hypocrisie sans bornes des Etats européens

Communiqué de Marie-Christine Vergiat - Députée européenne Front de Gauche élue dans le Sud-Est - Membre de la commission Libertés civiles et membre de la délégation pour les relations avec le Maghreb

Le blocage du « Train de la dignité » ce 17 avril à Vintimille n'est rien d'autre qu'une nouvelle péripétie du "chacun-pour-soi" que les Etats membres, et notamment la France et l'Italie, jouent en matière d'immigration. Avec ces migrants tunisiens, baladés entre deux Etats membres de l'espace Schengen, on franchit une nouvelle étape dans l'hypocrisie.

2011-04-19

Les autorités françaises ont suspendu unilatéralement les liaisons ferroviaires entre l'Italie et la France via Vintimille pendant une bonne partie de la journée de dimanche au mépris des règles communautaires.

Cette décision met une nouvelle fois les autorités françaises au ban de la Communauté européenne mais les pouvoirs publics italiens ne sont pas en reste.

Procédure d'asile dans l'Union européenne : des avancées en partie dénaturées par le PPE

Communiqué de presse de Marie-Christine VERGIAT, membre de la commission des Libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen - Le rapport de Sylvie Guillaume (groupe S&D, PS France) sur les procédures de droit d'asile a été adopté à une courte majorité. Il va dans le bon sens pour réduire les fortes disparités en matière de procédure d'asile entre les Etats membres de l'UE.

Strasbourg, le 7 avril 2011

Mais de nombreux amendements du PPE (groupe où siège l'UMP), adoptés par les groupes de droite et d'extrême droite du Parlement, avec le soutien actif ou passif (abstention) du groupe libéral (ALDE), ont affaibli les avancées obtenues en commission des Libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche