Accord de libre échange entre l'UE et le Japon (JEFTA) : les tenants du libéralisme débridé poursuivent leur fuite en avant

Accord de libre échange entre l'UE et le Japon (JEFTA) :  les tenants du libéralisme débridé poursuivent leur fuite en avant

Explication de vote sur le rapport du Parlement européen concernant l'accord de libre-échange entre l'UE et le Japon (JEFTA) adopté par le Parlement le 12 décembre 2018.

le Parlement européen était invité à se prononcer sur l’accord de libre-échange entre l’UE et le Japon (JEFTA), devenu essentiel pour les dirigeants européens après l'échec du TAFTA. Ce n'est qu'un nouvel accord de libre-échange désormais classique qui prévoit une réduction des tarifs douaniers sur de nombreux produits importés de l’Union vers le Japon notamment agro-alimentaires. En contrepartie, le Japon bénéficiera, entre autres, de la suppression des droits de douanes européens dans certains secteurs notamment automobile. La majorité du Parlement s'est bien évidemment félicité de cet accord qui permettra, nous disent-ils comme d'habitude, de promouvoir les normes élevées de l’Union dans les domaines de l’environnement, de la protection des consommateurs et des droits des travailleurs. C’est un leurre et en réalité, c'est l'inverse qui se produit car ce sont les normes européennes qui sont tirées vers le bas. En matière de droits des travailleurs, on sait malheureusement quel est le modèle japonais. Malgré la bataille menée par mon groupe, aucune disposition contraignante n’est prévue même pas contre la chasse à la baleine et la surpêche pratiquées par le Japon. Il ne s'agit donc que de renforcer la mise en concurrence des produits européens avec ceux produits au Japon. J’ai voté contre ce rapport et cette résolution pour condamner ce traité.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche