Accord UE-Chili : Non à la libéralisation effrénée du commerce

Accord UE-Chili : Non à la libéralisation effrénée du commerce

Explication de vote sur le rapport du Parlement européen adopté le 13 juin 2018 sur les négociations relatives à la modernisation de l’accord d’association UE-Chili

L’accord d’association avec le Chili entré en vigueur en 2003 était à l’époque l’un des plus « poussé » de sa génération en matière de libre-échange.

Avec cet accord, les échanges commerciaux entre l’UE et le Chili ont doublé entre 2003 et 2016 faisant de l’Union, le premier investisseur dans le pays. En 2013, pour aller « plus loin », le Chili a demandé une modernisation de l’accord.

Bien que ce rapport mette l’accent sur le renforcement du respect des droits de l’Homme, le soutien à la lutte contre la pauvreté, la corruption et l’évasion fiscale et exclut la commercialisation de l’eau, cela reste un accord de libre-échange dont on connait les effets néfastes pour les pays tiers.

Il a pour but d’harmoniser les barrières tarifaires (essentiellement les droits de douane) et non tarifaires (notamment les normes sociales et environnementales), accentuant les échanges au détriment des enjeux écologiques et climatiques en augmentant la concurrence directe notamment pour les agriculteurs européens.

La multiplication des accords de libre-échange par l’UE ces dernières années met en danger nos standards sociaux, sanitaires et écologiques.

Je ne peux évidemment pas souscrire à cette libéralisation effrénée du commerce.

J’ai donc voté contre ce rapport.

Lien vers le texte adopté : http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P8-T...

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche