Affaire Cambridge Analytica : Facebook a enfreint le droit « en toute connaissance de cause »

Affaire Cambridge Analytica : Facebook a enfreint le droit « en toute connaissance de cause »

Explication de vote sur la résolution du Parlement européen adoptée le 25 octobre 2018 sur l’exploitation des données des utilisateurs de Facebook par Cambridge Analytica et les conséquences en matière de protection des données

Le scandale Cambridge Analytica a révélé que Facebook a permis l’utilisation abusive des données de plus de 2,7 millions de citoyens européens par des entreprises tierces à des fins politiques.

Lors de son audition au Parlement européen, le dirigent de Facebook, Mark Zuckerberg s’est montré pour le moins évasif sur la responsabilité de son entreprise.

La résolution souligne à juste titre que Facebook a enfreint le droit « en toute connaissance de cause ».

A l’approche des élections européennes, il importe de faire appliquer le règlement européen sur la protection des données et ce, d’autant que Steve Banon, le cerveau de la campagne Trump s’installe à Bruxelles et ne cache pas son intention d’employer les mêmes méthodes d’influence sur les réseaux sociaux. 

La résolution propose de renforcer les règles afin d’interdire le profilage politique en ligne et de garantir l’égalité entre les candidats et la sincérité du scrutin.

La résolution demande aussi la suppression des transferts de données vers les États-Unis tant que ce pays ne respectera pas l’accord commun dit « bouclier de protection des données ». 

J’ai donc voté en faveur du texte.

 
Lien vers le texte adopté : http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P8-T...

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche