Assassinat de Mohamed Brahmi : stupeur et consternation

Assassinat de Mohamed Brahmi : stupeur et consternation

C'est avec stupeur et consternation que nous venons d'apprendre le meurtre de Mohamed Brahmi.Tout d'abord mes pensées vont vers sa femme, ses enfants, ses proches et ses amis politiques à qui je présente toutes mes condoléances et ma solidarité.

Que pour la deuxième fois en moins de six mois, un leader du Front populaire soit assassiné en Tunisie ne peut provoquer qu'effarement et colère. Cela démontre l'incapacité du gouvernement actuel à faire respecter l'ordre public, l'état de droit et la démocratie dans le pays.Il faut que justice soit faite, l'impunité ne peut continuer à régner en Tunisie. Les assassins de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi doivent être réellement recherchés, poursuivis, arrêtés et condamnés comme tous ceux qui commettent des actes de violence en Tunisie.C'est à eux que doit s'en prendre la justice tunisienne plutôt que de condamner ceux et celles qui osent critiquer le régime - à commencer par Amina, la jeune Femen tunisienne que les pouvoirs en place en Tunisie poursuivent de leur hargne.Il est grand temps que les revendications du peuple tunisien soient entendues, notamment sur le plan social.Pour toutes ces raisons, je suis donc totalement solidaire du mouvement qui se met en place actuellement notamment devant le ministère de l'Intérieur, avenue Habib-Bourguiba. Je suis indignée que les forces de police aient tenté de disperser ce mouvement de solidarité à coups de bombes lacrymogènes. J'espère vivement que malgré les provocations, la DIGNITE saura l'emporter sur la colère.Le peuple tunisien a droit à la justice.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche