L'austérité soumise au vote du Parlement européen

L'austérité soumise au vote du Parlement européen

Les députés européens se prononcent le 23 juin sur le "paquet gouvernance", c'est-à-dire un ensemble de textes qui visent à contrôler les budgets nationaux pour plus d'austérite. La Confération européenne des syndicats (CES) exprime un message clair aux institutions européennes. La GUE/NGL a exprimé clairement ses positions et rejettera globalement le paquet gouvernance et le pacte euro plus. Espérons que tous ceux et toutes celles qui se disent encore de gauche sauront entendre le message du mouvement social. Il faut faire cesser les errements des spéculateurs de tous poils. Il est temps que les institutions publiques s'inquiètent de ceux et celles qui n'ont que leur travail pour vivre, et fasse payer les responsables de la crise.

Le message de la Confédération européenne des syndicats (CES) en vue de la réunion des ministres des finances du lundi 20 juin est clair : l’Europe doit d’urgence changer de cap et opter pour une autre forme de gouvernance économique. La gouvernance de l’austérité étouffe nos économies et maintient le chômage à un niveau élevé. Les développements en Grèce sont particulièrement inquiétants. Une manifestation européenne contre l’austérité et les interventions dans les salaires et pour une gouvernance économique et sociale équitable aura lieu à Luxembourg-Ville le 21 juin avant les décisions du Parlement et du Conseil européens en matière de gouvernance économique.

La CES demande que les ministres des finances écoutent la voix des travailleurs et arrêtent d’utiliser l’Europe pour réduire les salaires, les aides sociales et les services publics. La CES exige un changement de cap immédiat en faveur d’une Europe sociale. La gouvernance économique doit faire place à une gouvernance équitable et solidaire. Bernadette Ségol, Secrétaire générale de la CES a déclaré : « Nous ne devons pas faire l’erreur de nous tromper de crise. Ce ne sont pas les travailleurs mais bien la dérégulation financière et la spéculation qui ont provoqué cette crise. Les propositions de l’UE pour en sortir portent surtout sur des réductions des salaires, des dépenses sociales et des investissements publics. Nous rejetons la gouvernance de l’austérité. C’est là le message que nous adressons aux ministres des finances mais également au Parlement européen et au Conseil européen qui adopteront le paquet sur la gouvernance économique respectivement les 23 et 24 juin. » Une autre approche est possible. Gouverner l’Europe signifie renforcer et non détruire notre modèle de négociation, de protection sociale et de services publics. L’UE doit agir pour assurer une relance forte et durable. La CES demande :
  -Le respect total de l’autonomie des négociations collectives ;
  -Des emplois stables et des salaires décents pour la protection et l’augmentation du pouvoir d’achat ;
  -Une taxe sur les transactions financières (TTF) pour freiner la spéculation financière et renforcer nos systèmes de protection sociale ;
  -Des euro-obligations pour mettre fin aux attaques des marchés financiers envers les membres vulnérables de la zone euro et pour financer un plan de relance européen ;
  -Une politique industrielle en vue de développer l’économie bas carbone de demain ;
  -Une harmonisation de l’assiette fiscale avec un taux d’imposition minimum pour les entreprises.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche