Bahreïn : Nabeel Rajab toujours emprisonné et les condamnations à la peine de mort se multiplient

Voir la vidéo

Je me suis exprimée jeudi 14 juin en session plénière à Strasbourg pour défendre le cas de Nabeel Rajab, défenseur des droits de l'Homme toujours emprisonné à Bahreïn et rappeler également le cas d'Abdulhadi al-Khawaja, condamné à la perpétuité.

"Monsieur le Président, une nouvelle fois nous discutons du Bahreïn.

Depuis 2011 et l’écrasement des contestations populaires avec l’aide des armées saoudiennes et émiraties, le pays s’enfonce dans la répression et un déni croissant des droits de l’homme. Les défenseurs des droits de l’homme en sont les premières victimes, souvent arrêtés et condamnés sur la base d’aveux obtenus sous la torture. Beaucoup ont l’interdiction de voyager, les déchéances de nationalité sont nombreuses et de plus en plus de procès civils se font devant des tribunaux militaires.

L’ONU et les grandes ONG dénoncent aussi le harcèlement de la population chiite, qui constitue, rappelons-le, la majorité de la population. Accusée – bien évidemment, comme d’autres ici nous accusent – de faire le jeu du grand voisin iranien.

La lutte contre le terrorisme a bon dos et l’Agence nationale de sécurité a quasiment les mains libres pour mener arrestations et interrogatoires dans ce cadre. Après 7 ans de moratoire, les exécutions ont effectivement repris et les condamnations à la peine de mort se multiplient.

Nabeel Rajab est devenu un symbole de cette lutte pour les droits de l’homme. Il devait être libéré ce mois-ci après avoir purgé une nouvelle peine de 2 ans dans des conditions carcérales épouvantables, mais vient d’être condamné à 5 ans de prison supplémentaires.

Monsieur le Commissaire, je voudrais me faire la porte-parole ici d’Adam, son fils de 21 ans, qui s’inquiète de la détérioration de la santé de son père et souhaiterait qu’un de nos ambassadeurs lui rende visite. Je vous demande de vous faire le porte-parole de cette demande.

Le citoyen dano-bahreïnien Abdulhadi al-Khawaja est lui aussi détenu depuis avril 2011, condamné à la prison à perpétuité pour des activités pacifiques, ou encore le blogueur Abduljalil al-Singace, et il y en a de nombreux autres.

Tout cela en soi augurerait déjà mal des prochaines élections annoncées pour octobre prochain, alors que les deux principaux partis d’opposition ont été dissous, Al Wefaq, le principal parti chiite, et Waad, le parti laïc. Mais leurs membres viennent même d’être interdits de se présenter aux élections, comme tout citoyen reconnu coupable de crimes.

Comment peut-on avoir des relations commerciales et vendre des armes et du matériel de surveillance à un pays tel que celui-ci?"

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche