Budget 2011: un des effets de la crise plutôt que la solution

Budget 2011: un des effets de la crise plutôt que la solution

«La codécision sur des questions de budget est le minimum requis en vertu de la démocratie et les États membres ne devraient pas avoir la possibilité de redéfinir la solidarité comme "aide quand cela convient à vos intérêts"", a déclaré le Président du GUE/NGL Lothar Bisky lors du débat au Parlement européen d'aujourd'hui sur le budget 2011 de l'UE.

«Les gens qui ont soutenu le traité de Lisbonne ont souligné que le déficit démocratique serait entravé. Toutefois, la première année sous le traité et l'impasse actuelle, ont montré que la supervision démocratique par le Parlement européen est quelque chose pour lequel il s'agit de se battre bec et ongles avec le Conseil".

Signalant que demain des millions de travailleurs portugais seront en grève avec le message simple que les travailleurs, les retraités, les jeunes et les chômeurs ne devraient pas avoir à payer pour cette crise dont ils ne sont pas responsables, le député portugais du GUE/NGL Miguel Portas a ajouté que la toile de fond à l'impasse actuelle du budget est la « tragédie des mesures d'austérité imposées par les États membres ».

«L'austérité n'est pas seulement injuste mais est une énorme erreur économique qui va nous renvoyer à la récession. Ce budget ne nous aide pas à faire face à la crise, mais est plutôt un symptôme de celle-ci. Nous devons décider si nous voulons une Union européenne forte ou une Union qui risque d'être aspirée par une spéculation économique et monétaire", a dit Portas.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche