Cadre budgétaire européen 2014-2020 : Quelques avancées du Parlement européen, mais beaucoup de contradictions

Cadre budgétaire européen 2014-2020 : Quelques avancées du Parlement européen, mais beaucoup de contradictions

Communiqué de presse de Marie-Christine VERGIAT, députée européenne - Coordinatrice de la Délégation française Front de Gauche - Strasbourg, le 8 juin 2011

Le Parlement européen a adopté aujourd'hui à une large majorité une résolution donnant les orientations du cadre budgétaire de l'Union européenne pour la période 2014 à 2020.

Ce texte contient un certain nombre d'orientations auxquelles je souscris mais il est loin d'être à la hauteur des défis qui se posent à l'Union européenne et à ses citoyens. Il s'inscrit surtout dans la logique de la stratégie de Lisbonne reprise par la stratégie UE-2020 alors même que le constat d'échec était unanime.

Je me félicite cependant que le Parlement européen se soit une fois encore déclaré en faveur de la création d'une taxe sur les transactions financières (*). Reste à la traduire dans les actes.

J'ai soutenu également l'augmentation de 5% du budget européen. Encore faudrait-il que cette hausse réponde aux demandes des citoyens européens, notamment en matière sociale.

Le Conseil et donc les Etats membres refusent cette hausse ce qui aura pour conséquence l'abandon de priorités ou de projets (**) qui s'ajouteront aux mesures d'austérité adoptées dans le cadre du Pacte euro+ et du pacte "gouvernance économique".

Je me félicite enfin de la demande du Parlement européen de voir se créer une catégorie intermédiaire pour les régions dont le PIB par habitant se situe entre 75% et 90% afin qu'elles continuent de bénéficier des aides de la politique régionale nécessaires à leur développement.

La Commission, le Conseil et la majorité du Parlement européen vont être confrontés très rapidement à des problèmes de cohérence économique et politique. Comment prétendre soutenir la cohésion économique et sociale, l'investissement et l'innovation, l'éradication de la pauvreté et la lutte contre les inégalités sociales quand on soutient parallèlement des mesures d'austérité qui pèsent d'abord sur les populations les plus fragiles et plongent peu à peu les pays de l'UE dans la récession économique.

Les peuples ne doivent pas être les seuls à payer via leurs salaires, leurs retraites et l'accès aux services publics la crise provoquée d'abord et avant tout par la spéculation sur les marchés financiers.

(*) Malgré l'opposition du PPE et d'une grande majorité des libéraux et des conservateurs
(**) Les priorités et projets pouvant faire les frais de la position des Etats membres seraient la recherche et développement et les dépenses en infrastructures notamment.

Commentaires

régions intermédiaires

On peut se féliciter de la création des régions intermédiaires si c'est vraiment dans un but de rééquilibrage entre régions.

Mais si les fonds spécifiques à ces régions sont liées au respect des règles d'austérité pour être versés , quelles améliorations au final pour les populations ? N' y-a-t-il pas un risque que ces fonds aillent aux aides économiques et donc aux entreprises sans conditionnalités réelles et sans garanties réelles d'emplois pérennes pour les citoyens ?

 

Pascale Rome, conseillère régionale  (LimousinTerre de Gauche) d'une région de transition française

régions intermédiaires

Hello chère pascale,

En fait, le principal problème est que les fonds diminuent et qu'il y a un risque d'éparpillement.

Mais la position de la Commission revient limite à faire du caritatif pour les régions les plus pauvres.

Ta crainte dépend quant à elle de la nature des différents fonds en cause. a priori ils ne visent pas particulièrement les entreprises pas plus que les aides économiques notamment par ce que le principal de ces fonds est le FSE (fonds social européen). Pour autant cela ne veut pas dire que le risque n'existent pas pour partie des dites aides

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche