Cambodge : N'oublions pas les syndicalistes et ceux qui luttent contre l’accaparement des terres !

Voir la vidéo

Je suis intervenue en session plénière le 13 septembre 2018 au sujet du Cambodge pour dénoncer d'une part la régression des libertés et d'autre part l'accaparement des terres dans ce pays.

Marie-Christine Vergiat, auteur. – Monsieur le Président, les élections législatives de juillet dernier ont, comme nous le craignions, vu le parti majoritaire remporter l’ensemble des sièges. C’est dire l’état de la régression des libertés dans ce pays, sa transformation de fait en un système de parti unique, la suppression de la liberté de la presse, l’emprisonnement des opposants politiques et la dissolution du principal parti d’opposition.

La libération de Kem Sokha, emprisonné depuis un an, est donc une bonne nouvelle, même si sa libération reste très conditionnelle, que sa liberté demeure très limitée et que le nombre de ceux qui sont toujours en prison, subissant des restrictions de liberté et des intimidations, est toujours aussi important.

Je voudrais cependant insister sur la situation des syndicalistes et de ceux qui luttent contre l’accaparement des terres, qui dépasse toutes les limites dans ce pays, au bénéfice principalement de l’industrie sucrière, y compris européenne.

Des milliers de personnes sont ruinées et / ou déplacées pour le plus grand profit des dirigeants du pays. Nous ne devons pas nous taire là-dessus non plus. Les droits de l’homme sont indivisibles et je voudrais, Madame la Haute représentante, avoir votre point de vue sur ce point précis.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche