CHALON : "Donner une bonne Gauche à la droite"

CHALON : "Donner une bonne Gauche à la droite"

Réuni à Saint-Rémy pour son rassemblement départemental à l'occasion des élections cantonales du week-end prochain, le Front de Gauche a fait salle pleine. Rompant avec le principe des réunions publiques individuelles, le Front de Gauche a souhaité taper du poing sur la table, en réunissant dans une seule et unique salle, des parlementaires européens, espagnol et italien. L'occasion de souligner que les décisions européennes impactent de manière incontournable les décisions locales. Un rappel fondamental pour mieux cerner les enjeux de demain.

Le Lundi 14 mars 2011- L'article sur http://www.infos-chalon.com/article.php?sid=24367

En présence des élus venus de Chagny, Dommartin les Cuiseaux, Saint Rémy, Chalon, Nanton, Blanzy, Torcy ou encore Lux... le Front de Gauche a fait le plein jeudi soir à la salle Georges Brassens de Saint- Rémy pour son meeting départemental. Erreur de calendrier en planifiant un rassemblement à vocation européenne ? Pas vraiment comme l'a précisé en préambule Nathalie de Almeida, candidate sur Chalon Sud pour le Front de Gauche aux élections cantonales des 20 et 27 mars.

Mettre fin au grand écart entre Paris et Bruxelles... avec des répercussions au cœur des cantons

"Pas question pour nous d'entrer dans le jeu des promesses intenables des candidats" ont fustigé les représentants du Front de Gauche, reprochant" qu'on ne peut défendre le contraire de ce qu'ils votent à Bruxelles... ce grand écart on n'en veut plus. Quels choix pour nos politiques locales ? Alors que les financements sont étranglés par l'Europe !". Le ton est dès lors donné et évidemment l'erreur d'échelle n'en pas une car très vite, on prend la mesure des récriminations à l'égard des députés européens, même si il semble opportun de rappeler que la plupart des choix sont avalisés par le Conseil des Ministres en personnes. A l'évidence, le Front de Gauche entend bien mobiliser ses troupes pour les cantonales non pour le scrutin en lui-même mais plutôt "pour donner une bonne gauche à la droite, au Traité de Lisbonne et au FMI". Fidèle  à ses engagements, le Front de Gauche, réunissant en Saône et Loire, le Parti Communiste et le Parti de Gauche appelle de ses voeux " à s'opposer à la dictature financière et à tous ses dérivés idéologiques".

"Chaque vote sera un carton rouge adressé à Sarkozy"

Montant dans les reproches faits au gouvernement, la tribune s'est employée à dénoncer les multiples réformes entreprises par le gouvernement, alors que les élections cantonales ouvrent la voie à une bataille beaucoup plus large, "une bataille des idées, une politique de rupture avec le libéralisme, une soif de justice et de changement". A tour de rôle, les intervenants qu'ils soient italien ou espagnol, ont rappelé que "l'unité pouvait faire plier gouvernements et possédants". Les échéances cantonales auront valeur de test pour la "Gauche de la Gauche" qui entend bien faire du scrutin "un bras de fer entre le peuple et Nicolas Sarkozy".

"L'Humain avant toute chose"

Souveraineté populaire, éradication de la pauvreté, intérêt général, maîtrise publique du système bancaire, services publics démocratisés, redistribution des richesses, impératif écologique... tous les points majeurs qui dictent la mobilisation du Front de Gauche ont été abordés, tant en italien qu'en espagnol. Le Front de Gauche a fait "des choix clairs de société avec en ligne de mire, l'Humain avant toute chose". Dénonçant le sauvetage du système bancaire sans contreparties, le Front de Gauche a dénoncé parallèlement "les attaques répétées faites aux collectivités, véritables maillons de la vie démocratique française". "Il faut des mesures contraignantes et des prélèvements sur les actifs financiers" ont précisé à tour de rôle les participants de la soirée.
Souhaitant redorer le blason de la "politique", Nathalie de Almeida s'est employée à rappeler "que la politique ce n'est pas du spectacle, mais la vie de tous les jours, c'est le salaire, nos enfants, l'essence... Je vous invite à y prendre toute votre place. Il ne faut rien lâcher et se donner rendez-vous dans les luttres" a-t-elle lancé sous les applaudissements nourris de la salle.

"votre succès sera notre succès"

En invitant des parlementaires européens, le Front de Gauche Saône et Loiriens entendaient marquer le coup et rappeler si besoin était, la filiation entre chacun des luttes menées en Europe. Et Jordi Ribo de la Confédération Espagnol du travail a soulevé la salle rappelant "je connais des politiques de gauche qui font des politiques de droite mais jamais l'inverse", soulignant la crise majeure que traverse son pays avec la disparition de 2,5 millions d'emplois. Pour le syndicaliste espagnol, le doute n'est plus permis "syndicalisme et politique doivent se rapprocher pour amener avec une transformation sociale et obliger à l'avènement d'une société meilleure. Votre succès sera notre succès et vos échecs seront les nôtres... alors No pasaran" a lancé Jordi Ribo en guise de conclusion.

Marie-Christine Vergiat, députée européenne du Front de Gauche et Nicola Vedrano, responsable italien de la Confédération Générale du Travail ont appuyé chiffres en main les politiques menées ces derniers mois, rappelant la nécessité de lier le local à l'Europe, et comprendre en permanence comment tout s'interpose. La députée européenne s'est même enflammée dénonçant "qu'il y en a marre d'être berné depuis des décennies au nom des crises".

Laurent Guillaumé

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche