Commerce en ligne : la marque du libéralisme

Le Parlement européen a adopté la mise en place d'une «marque de confiance» européenne pour garantir la fiabilité et la qualité des produits mis sur le marché en ligne pour augmenter la confiance des consommatteurs et essayer de débloquer le potentiel de croissance de ce secteur.

Je n'ai pas pu voter ce rapport même s'il contient un certain nombre d'éléments positifs notamment sur la défense des intérêts des consommateurs et la prise en compte des intérêts des PME sur le marché du commerce en ligne.

Je dénonce notamment les félicitations adressées à la Commission pour mettre en œuvre la 3ème directive relative aux services postaux ayant comme objectif la libéralisation de ces services et qui entraînera une dégradation accrue du service postal dans l'UE et non comme l'affirme le rapport des prix plus bas et de meilleurs services.

  Je ne peux pas non plus déplorer que certains Etats membres n'aient pas encore transposé la directive "services" car je souhaite que la Commission puisse rapidement établir un état de lieux pour faire apparaitre les conséquences climatiques de la mise en œuvre de ce texte.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche