Communiqué de presse "Condamnation de Wafa Charaf en appel : Quel signal avant la tenue du deuxième Forum mondial des droits de l'Homme ?"

  • strict warning: Declaration of date_handler_field_multiple::pre_render() should be compatible with content_handler_field_multiple::pre_render($values) in /var/www/vhosts/eurocitoyenne.fr/httpdocs/sites/all/modules/contrib/date/date/date_handler_field_multiple.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter_term_node_tid_depth::operator_options() should be compatible with views_handler_filter_in_operator::operator_options($which = 'title') in /var/www/vhosts/eurocitoyenne.fr/httpdocs/sites/all/modules/contrib/views/modules/taxonomy/views_handler_filter_term_node_tid_depth.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /var/www/vhosts/eurocitoyenne.fr/httpdocs/sites/all/modules/contrib/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 0.

Hier, la cour d’appel de Tanger a condamné Wafa Charaf à deux ans de prison ferme.

Membre de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) et du Mouvement du 20 février, Wafa Charaf a participé le 27 avril à un rassemblement de soutien à des ouvriers de la multinationale américaine Greif, licenciés après la création d’une section syndicale.

Au terme de la manifestation, Wafa Charaf a été enlevée, jetée dans une voiture banalisée, séquestrée plusieurs heures avant d’être abandonnée au bord d'une route à 12 kilomètres du centre-ville.

Elle a osé déposer plainte contre la police tangéroise pour enlèvement et torture. À la suite du dépôt de plainte, elle a été arrêtée à son domicile avant d'être accusée "d'allégation mensongère" et d'"atteinte à la police".

Condamnée en première instance le 11 août dernier à un an de prison ferme et à une amende équivalente à 5 000 euros pour « mensonges et diffamation » - un premier procès qualifié d’« inéquitable » et de « politique » par la Ligue des droits de l'Homme, Wafaa a comparu en même temps que Boubker El Khamlichi, dirigeant de la Voix démocratique, condamné lui à un an de prison avec sursis et à une amende de 89 euros pour « entrave à l’enquête » alors qu'il avait été acquitté en première instance.

Il est pour le moins étonnant que ces condamnations aient lieu alors même que la plainte de Wafa Charaf qui doit juger des faits n'a pas été examinée.

Ce jugement s’inscrit d'ailleurs dans un contexte global de répression contre les mouvements des droits de l'Homme au Maroc qui a été dénoncé par la plupart des grandes ONG qui œuvrent en ce domaine.

Alors que le Maroc accueille le mois prochain le deuxième Forum mondial des droits de l’Homme, c'est un mauvais signal qui est ici envoyé.

 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche