Communiqué de presse conjoint : Aquarius : l’acharnement continue !

Communiqué de presse conjoint : Aquarius : l’acharnement continue !

C’est avec stupéfaction que nous venons d’apprendre la demande des autorités italiennes de mettre l’Aquarius sous séquestre. Motif : soupçons de traitement illégal de déchets dangereux. Selon les enquêteurs, ces déchets dangereux seraient des vêtements de migrants, des restes alimentaires et des déchets sanitaires.

Dans un communiqué publié ce matin, MSF dénonce une mesure disproportionnée et infondée et annonce son intention de faire appel. L’ONG assure que toutes les opérations de gestion des déchets du navire ont toujours suivi des procédures standard, jamais contestées jusqu’alors par les autorités compétentes.

Ce nouvel épisode s’inscrit dans une longue saga judiciaire. Accusée de ne pas respecter les procédures juridiques internationales concernant le sauvetage en mer, l’Aquarius a été privé de pavillon par Gibraltar au moment même où l’Italie lui interdisait tout débarquement dans ses ports.

En septembre, c’est le Panama qui lui retirait à son tour son pavillon sous pression italienne. Depuis lors, le navire est bloqué dans le port de Marseille, malgré l’octroi d’un pavillon libérien, pavillon technique, qui ne lui permet pas de repartir en mer.

Depuis 2015, MSF, lors des opérations auxquelles l’ONG a participé, a secouru et assisté plus de 80 000 personnes. En Méditerranée, 25% des opérations de sauvetage sont conduites par des ONG, soit autant que l’Agence européenne de garde-côtes et de garde-frontières.

Mais la criminalisation de l’aide humanitaire s’intensifie partout en Europe, nombre de ces ONG ne peuvent plus partir en mer et celles qui sont encore présentes en mer se comptent sur les doigts d’une seule main.

Et pourtant, leur présence est cruciale. Depuis le début de l’année, ce sont déjà plus de 2 000 personnes qui y sont mortes noyées. Alors que le nombre de traversées a diminué de façon drastique, le nombre de morts ne cesse proportionnellement d’augmenter. En septembre, sur 10 personnes tentant de traverser, une seule est arrivée en Europe, 7 ont été reconduites en Libye avec les conséquences que l’on connait et 2 sont mortes.

En Méditerranée, il n’y a qu’un seul crime : celui de laisser mourir et souffrir des milliers de personnes.

Marie-Christine Vergiat, Barbara Spinelli

Aquarius : tirelessly persecuted

We have just learned with astonishment the Italian order to seize the Aquarius. Reason: suspicions of illegal treatment of hazardous waste. According to the investigators, this hazardous waste is migrant clothing, food scraps and sanitary waste.

In a statement released this morning, MSF denounced this measure as disproportionate and unfounded and announced its intention to appeal it. The NGO claims that all the ship's waste management operations have always followed standard procedures, operations that the competent authorities never challenged.

This new episode is part of a long legal saga. Accused of failing to comply with international legal procedures concerning sea rescue, Gibraltar deprived Aquarius of its flag at the very moment when Italy refused access to its ports for disembarkation.

In September, Panama in turn withdrew its flag under Italian pressure. Since then, the ship is stuck in the port of Marseille, despite the granting of a Liberian flag, which as a technical flag does not allow it to go back to sea.

Since 2015, MSF, during the operations in which the NGO has participated, has rescued and assisted more than 80,000 people. In the Mediterranean, 25% of SAR operations are conducted by NGOs, which is as much as the European Coast Guard and Border Guard Agency.

As criminalization of humanitarian aid is intensifying throughout Europe, many of these NGOs can no longer go to sea and those that are still operating at sea can be counted on the fingers of one hand.

Yet their presence is crucial. Since the beginning of the year, more than 2,000 people have already drowned. While the number of crossings has decreased drastically, the number of deaths is steadily increasing. In September, out of 10 people trying to cross, only one arrived in Europe, 7 were returned to Libya with the consequences that we know and 2 died.

In the Mediterranean, there is only one crime: to let die and suffer thousands of people.

Marie-Christine Vergiat, Barbara Spinelli

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche