Conférence de presse sur la Tunisie : faiblesse des réactions des autorités françaises et européennes

Conférence de presse sur la Tunisie : faiblesse des réactions des autorités françaises et européennes

Conférence de presse 18 janvier 2011- La situation est compliquée et évolue très vite en Tunisie, il y a donc lieu d'être prudent. Je comprends que des manifestations aient lieu contre ce soi-disant nouveau gouvernement, dirigé par l'ancien Premier ministre de Ben Ali et constitué à majorité d'anciens ministres de Ben Ali et des partis "légaux". Je tiens à dire que j'ai été estomaquée de la façon dont s'est déroulé le débat hier soir en séance plénière. On est bien loin d'avoir tiré les conséquences de ce que tout cela peut impliquer pour les pays du Maghreb et au délà pour tous les pays du monde arabo-musulman.

Des jeunes  ont  commencé à s'immoler en Algérie, en Egypte et en Mauritanie. Il peut y avoir un effet boule de neige positif pour la démocratie dans ces pays, mais il peut aussi y avoir des mauvaises réactions des gouvernements.

La responsabilité de la France est grande, et sa réaction est loin d'être à la hauteur de ce qui est attendu par les citoyens tunisiens.

L'intervention de Mr Füle n'a pas pu relever le niveau. Ces déclarations au Parlement européen m'ont laissé sur ma faim pour ne pas dire plus.

Ce n'est pas le discours que l'on devrait attendre venant d'une institution qui se targue en permanence de démocratie et de droits de l'Homme.

Tout le monde est unanime aujourd'hui pour dire que Ben Ali est corrompu. Il faut donc geler tous les avoirs en Europe des familles Ben Ali et Trabelsi. On doit faire en sorte que l'argent spolié soit rendu aux Tunisiens.

L'UE doit accompagner le processus de transition démocratique elle sait le faire quand elle le veut bien, et elle doit le faire sans ingérence .

Il faut aussi que tous les prisonniers politiques soient libérés et que la liberté de presse soit pleinement réussie. 

Il y a beaucoup de choses que l'UE sait dire, il faut qu'elle le fasse.  Elle doit le faire en Tunisie comme ailleurs sans double discours. 

Nous ne pouvons qu'admirer le courage des Tunisiens et espérer qu'ils obtiennent la démocratie à laquelle ils aspirent, ils le méritent bien.

Marie-Christine Vergiat

 

D'autres articles sur le même sujet :

-Mon intervention en séance pléniere du Parlement européen (17-01-2011)

-Communiqué de presse sur la Tunisie suite à la réaction de la commission européenne (11-01-2011)

-Mon interview pour le magazine le Taurillon 2 jours avant la chute de Ben Ali  (18-01-2011)

-Mon interview pour la chaine Al hiwar en décembre 2010 (11-12-2011)

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche