Contre la généralisation des technologies de l’information et des communications en agriculture - explication de vote

Strasbourg, le 07/06/16: Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, la population mondiale atteindra 9,1 milliards d’ici à 2050 ; en conséquence, l’approvisionnement en aliments devra être augmenté de 60%. Une opportunité dont l’industrie agro-alimentaire européenne saura sans doute se saisir.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, la population mondiale atteindra 9,1 milliards d’ici à 2050 ; en conséquence, l’approvisionnement en aliments devra être augmenté de 60%. Une opportunité dont l’industrie agro-alimentaire européenne saura sans doute se saisir.

Afin de l’y encourager ce rapport soutient un recours généralisé aux technologies de l’information et des communications (TIC), afin d’améliorer la « compétitivité et l’innovation ». Les leitmotivs habituels européens avec comme résultat espéré : une productivité et des revenus en hausse, et même des créations d’emplois. 

Cependant, il est ici utile de rappeler les conséquences de la « Révolution verte » des années 30-60. Au cours de cette période, d’autres nouvelles technologies furent généralisées avec les effets négatifs que l’on sait sur les petits agriculteurs, l’environnement, la souveraineté alimentaire. On en paye aujourd’hui les conséquences.

En outre ce rapport risque d’ouvrir la porte aux OGM, les solutions préconisées reposant essentiellement sur la technologie et les machines, ne peuvent être les bonnes. C’est plutôt vers un changement de système qu’il faut se diriger, vers une façon de produire qui soit agro-écologique et qui défende les petits agriculteurs.

J’ai donc voté contre sans hésitation.

 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche