Contre la poursuite de la politique de concurrence européenne - explication de vote

Strasbourg, le 19/01/2016 : Ce rapport annuel sur la politique de concurrence est dans la droite ligne des politiques européennes. La concurrence y est valorisée comme "socle commun de l'Union européenne" et principal "moteur de l'économie sociale de marché".

Ce rapport annuel sur la politique de concurrence est dans la droite ligne des politiques européennes. La concurrence y est valorisée comme "socle commun de l'Union européenne" et principal "moteur de l'économie sociale de marché". Le rapport demande plus d'ouverture à la concurrence et plus d'indépendance des autorités de régulation en la matière. Ce rapport était censé se pencher sur les conséquences de la concurrence dans les politiques fiscales et agricoles des États membres. Certes, on reconnait l'impact des politiques fiscales agressives de certains États membres ou encore les conséquences de la libre concurrence dans le secteur agricole, notamment en ce qui concerne le secteur laitier, mais aucune leçon n'en est tirée. Si je me félicite que deux amendements déposés par mon groupe, afin de protéger les médicaments génériques et de soutenir les producteurs laitiers, aient été adoptés, je n'ai pas pu voter pour cette ode à la concurrence libre et non faussée.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche