Contre l'imposition des PPP aux pays tiers - explication de vote

Ce rapport traite des partenariats publics-privés (PPP) et de leur promotion dans les relations avec les pays tiers. Le constat de départ, qui "juge regrettable que l'Union ait maintenu ses marchés publics très largement ouverts à la concurrence internationale", ne peut qu'être partagé.

Cependant, la conclusion qui en est tirée est honteuse de cynisme : si le libre-échange a fait des ravages en Europe, il n'y a pas de raison que les partenaires commerciaux de l'UE n'en fassent pas aussi les frais ! Ce rapport lorgne donc sur les besoins colossaux d'infrastructures dans les pays en développement et appelle en conséquence à favoriser l'ouverture des marchés pour les entreprises européennes.

Accords de soi-disant partenariat économique (APE) pour les pays africains mais aussi accords de libre-échange en tout genre avec la Tunisie, le Mexique, le Vietnam... sont ici visés.

Avec mon groupe de la GUE-NGL, je m'oppose à la déréglementation et la libéralisation des secteurs publics, le détournement des fonds de développement au profit des entreprises privées et les dommages déjà causés par les PPP dans les pays en développement, notamment dans le secteur de l'agriculture et de la santé.

J'ai donc voté contre ce rapport.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche