Contre une réponse irraisonnée à la bactérie Xylella fastidiosa - explication de vote

La culture des oliviers est un élément constitutif de la culture et de l’agriculture en Méditerranée. L’olivier fait partie du patrimoine, de l'histoire et bien entendu de l'économie de tout le pourtour méditerranéen notamment dans le Sud de la France et en Corse.

La propagation de la bactérie Xylella fastidiosa est un danger qui concerne toute l’Europe. L’Union Européenne peut agir pour favoriser la coordination de la lutte contre cette menace.

Mais les mesures prises de « stricte éradication dans les zones infectées » conduit à la destruction de nombreuses plantes hôtes : oliviers mais aussi agrumes, vignes, pruniers, amandiers, tabacs, lauriers roses, chênes, ronces… dans un rayon de cent mètres autour de la plante contaminée. De surcroît, l'utilisation massive et irraisonnée de pesticides est un danger pour la biodiversité, la santé humaine et animale.

Chaque solution envisagée devrait faire l'objet d'une analyse en termes de coûts et d'avantages à court et à long terme. Des mesures de surveillance et de confinement comme des pratiques agricoles appropriées sont plus adaptées pour préserver et protéger les territoires et la biodiversité et donc pour apporter une réponse environnementale durable.

J’ai donc voté contre cette résolution.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche