Coup de gueule au Parlement européen en défense à Snowden

Voir la vidéo

Intervention au Parlement européen de Marie-Christine Vergiat – députée européenne Front de Gauche – Strasbourg 3 juillet 2013 - Jusqu'à l'intervention de notre collègue Yannick Jadot je trouvais que ce débat était un peu surréaliste. Une fois de plus la presse a révélé que l'Union européenne était espionnée par les États-Unis. Rien de nouveau ! Sauf l'ampleur des révélations et les sujets. Même nos diplomates, même le Conseil, même nous parlementaires sommes espionnés par les États-Unis, avec la complicité notamment des services britanniques.

Nous savons que sous couvert de lutte contre le terrorisme, des milliers  des millions, de citoyens européens ont été victimes de transferts massifs de leurs données personnelles. Et monsieur le ministre si vous avez besoin d'informations adressez-vous à Europol, leurs services nous ont donné les informations.
La réponse du Conseil, la réponse de la Commission ne nous satisfont pas.

La résolution commune n'est pas à la hauteur de l'urgence.
On y soutient l’accord transatlantique !
On s'y félicite de la coopération en matière de lutte contre le terrorisme, mais c'est ça qui est à l’origine des transferts massifs de données ! 

Alors nous, demandons et nous continuons de demander la suspension immédiate des négociations avec les États-Unis.
Et oui on demande l'asile politique pour Mr Snowden, il l'a bien mérité, plutôt que d'interdire le survol du territoire à un chef d'État étranger au motif que monsieur Snowden est peut-être caché dans le coffre.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche