Dénoncer les exécutions au Bahrein et au Koweit

Voir la vidéo

Strasbourg, le 16 Février 2016. Je suis intervenue sur la situation des droits de l'Homme au Bahrein et au Koweit, et plus particulièrement sur les dernières exécutions en date.

Marie-Christine Vergiat – Monsieur le Président, les exécutions, le 15 janvier dernier, de Ali Al-Singace, Abbas Al-Samea et Sami Mushaima sont un triste symbole. Ils ont été exécutés une semaine après leur condamnation, prononcée sur la base d’aveux dont il fait peu de doutes qu’ils ont été extorqués sous la torture.

Ali, Abbas et Sami sont les premières personnes à être exécutées depuis 2010. Les premières à l’être pour motifs politiques depuis 1996. Cela justifie amplement notre résolution, qui s’appuie sur les déclarations de l’ONU.

Il est peut-être encore temps de sauver Mohammed Ramadan et Hussein Moussa, condamnés à mort dans les mêmes conditions.

Nous pouvons aussi nous inquiéter de la reprise des exécutions au Koweït, où sept personnes, presque toutes étrangères, dont trois femmes, viennent d’être pendues alors qu’il n’y avait pas eu d’exécution dans ce pays depuis 2013. Dans les deux pays, la torture est malheureusement monnaie courante, tout comme la déchéance de nationalité.

Il faudrait aussi dénoncer la situation des Bidounes, littéralement des sans-droits apatrides particulièrement discriminés, ou encore celle des travailleurs migrants.

Je regrette le «deux poids, deux mesures» pratiqué par certains groupes politiques, comme nous venons de le voir dans le précédent débat, et M. Preda vient de nous faire une triste caricature.

 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche