Education et culture : ces sujets n'ont pas la place qu'ils méritent dans l'UE

Voir la vidéo

Communiqué de Marie-Christine Vergiat - Députée européenne Front de gauche - Coordinatrice de la Commission culture et éducation pour la GUE-NGL

Je voudrais faire une intervention générale sur l'ensemble des débats qui nous sont soumis ce matin. Les questions relatives à l'éducation et à la culture ne tiennent malheureusement pas suffisamment de place dans cet hémicycle. Elles sont pourtant essentielles pour notre avenir, celle de l'Europe et celle de notre jeunesse. Les moins de 30 ans représentent 20% de la population européenne mais le chômage des jeunes de moins de 24 ans atteint aujourd'hui près de 21% et près de 15% des 18/24 ans quittent l'école avant la fin du 2ème cycle et ne suivent aucune études ni formations complémentaires.

Strasbourg 12 mai 2011

Pire, près de 25% des jeunes de moins de 15 ans ont des difficultés de lecture.
Ces chiffres ne peuvent nous satisfaire. Et ils s'aggravent dans un certain nombre d'Etats membres avec la crise.

Le rapport qui nous est soumis sur "jeunesse en mouvement" va dans le bon sens sur certains points et fait passer un certains nombre de messages à la Commission et aux Etats membres. Le Parlement européen  réaffirme sa volonté de ne pas voir notre jeunesse sacrifiée sur l'autel des politiques d'austérité mises en œuvre partout en Europe. Espérons que ce ne seront pas de vaines paroles.

Ce rapport comporte aussi un certain nombre d'éléments inquiétants notamment quand il manifeste la volonté de réformer les programmes d'enseignement supérieur en fonction des seuls besoins du marché sans prendre la peine de réaffirmer le rôle global de l'enseignement supérieur en matière de formation globale des citoyens de demain. Nous savons que plus la formation des jeunes est large mieux ils peuvent faire face aux aléas de la vie et notamment à ceux de la vie professionnelle.

Nous aurons prochainement à travailler sur les enjeux du processus de Bologne. Je m'en félicite. Je dirais simplement que notre rôle est d'écouter les inquiétudes (et le mot est faible) qui montent dans un certains nombre d'Etats au vu des réformes engagées au nom du processus de Bologne. Nous ne pouvons sacrifier notre jeunesse. Les mots ne suffisent pas en la matière.

*Je voudrais ajouter deux mots pour remercier Mme Honeyball pour son rapport et travail que nous avons pu faire sur les enjeux de la petite enfance. Je partage totalement les orientations de ce rapport.
A l'inverse, je ne peux partager les orientations du rapport de Madame Sanchez Schmid sur les industries culturelles qui engage les biens culturels dans une logique commerciale soumise aux lois du marché et de la libre concurrence. Cela ne peut être notre vision des choses et pour ma part je voterai contre ce rapport.

Enfin, je voudrais apporter mon soutien à la résolution de Mme Pack sur Sarajevo, capitale européenne de la culture. Oui Sarajevo est un symbole de l'Europe dont nous ne voulons plus face à son histoire, symbole de l'Europe que nous voulons devant le courage que ces habitants ont eu à faire face à cette histoire et à reconstruire un symbole de la diversité culturelle qu'ils ont toujours été et qu'ils sont à nouveau. 2014 sera de surcroit pour cette ville une année particulièrement importante et je me félicite de ce choix.

*A partir de là j'ai du résumer mon intervention et vous trouverez ci-après le texte que j'aurai aimé prononcer si j'en avais eu le temps.

Contact presse:
Juliette Ryan 06 78 00 94 73

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche