"Education et formation 2020" : le message du Parlement européen, sera-t-il entendu?

Par l'adoption, ce matin, du rapport de la socialiste anglaise Mary Honeyball sur les priorités en matière d'éducation et de formation à l'horizon 2020, le message du Parlement européen fut clair : les mesures d'austérité et les réductions budgétaires dans le domaine de l'éducation et de la formation mettent en péril les acquis des sociétés européennes en matière d'éducation, moteur de développement et de cohésion sociale.

Sous prétexte de la crise économique et financière, les Etats membres de l'Union européenne sont en train de démanteler leurs systèmes éducatifs pour répondre "aux besoins immédiats du marché". Or, le chômage de jeunes augmente, la participation des adultes à l'apprentissage tout au long de la vie chute, sans mentionner les taux inquiétants de décrochage scolaire et d'analphabétisme, et généralement la persistance de toute sorte d'inégalité au sein du système de l'enseignement.

Les objectifs fixés dans le cadre de la stratégie "éducation et formation 2010", si faibles fussent-ils, n'ayant pas été atteints, on les a revu à la baisse pour 2020. Le Parlement européen essaie de faire passer un message. A-t-on une chance qu'il soit entendu? Je suis sceptique. Pour s'en convaincre, il suffit de voir les débats en cours sur les financements de l'UE.

C'est pourtant l'avenir de la jeunesse qui est en cause. Pour cela, nous avons besoin d'un système éducatif accessible à tous, préparant les jeunes pour leur intégration professionnelle mais aussi comme futurs citoyens, en leur donnant les moyens de prendre en main leur vie et de s’adapter à ses aléas.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche