Etiquetage alimentaire : la montagne qui accouche d'une sourie

Etiquetage alimentaire : la montagne qui accouche d'une sourie

Le Parlement européen a adopté un rapport sur l'étiquetage des produits alimentaires. Le rapport prévoit l'inscription, visible, sur les produits alimentaires, de la valeur énergétique ainsi que de la quantité de lipides, d'acides gras saturés, de glucides, de sucres, de protéines et de sel.
Si l'on prend en compte la longueur de la procédure qui a amené à ce texte, et les batailles législatives et politiques qui l'ont entouré, c'est la montagne qui accouche d'une sourie.

Le Parlement européen a fait l'objet d'un lobbying acharné à différentes étapes du vote de ce texte, et ce notamment sur la question d'un système de feux vert - feux orange - feux rouge visant à rendre visible très rapidement les produits comportant une dose importante de sels de sucre ou de gras. Ce procédé avait été rejeté par le Parlement européen en première lecture.

L'adoption de ce texte aujourd'hui marque le point final de cette procédure, qui ne mérite pas d'être qualifiée de victoire. Je me suis abstenue sur ce texte qui aurait pu aller beaucoup plus loin dans l'information et la protection des consommateurs.

Marie-Christine Vergiat

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche