Fonds de gestion des frontières : Ce fonds est l’instrument financier de l’Europe forteresse !

Voir la vidéo

Je suis intervenue le 12 mars 2019 en session plénière au sujet de l'instrument de soutien financier dans le domaine de la gestion des frontières et des visas.

Retrouvez cette intervention sur ma chaîne YouTube.

"Madame la Présidente, merci à notre rapporteure, qui a déployé beaucoup d’énergie pour rendre ces fonds -acceptables, disons, moins pires.

Cependant, le FGIF, le Fonds pour la gestion intégrée des frontières, n’est ni plus ni moins l’instrument financier de l’Europe forteresse que nous dénonçons.

Pour mener à bien cette logique sécuritaire, il y a toujours des fonds disponibles.

Un budget multiplié par cinq, soit 9,3 milliards d’euros, auxquels il faut ajouter les 12 milliards de Frontex, soit environ 2 % du budget de l’Union.

Cet argent doit servir à financer les systèmes d’information, les fichages informatisés, seulement ceux déjà approuvés par le Parlement et le Conseil – c’est réconfortant –; les équipements et infrastructures, dont des drones; les fameux OLI, les officiers de liaison, envoyés pour aider les pays tiers en matière d’immigration, surtout irrégulière, bien évidemment – là on est inquiet –; des aides supplémentaires à Frontex, en sus des 12 milliards.

Et, nouveauté, l’aide à tout pays tiers, jusque-là réservée aux pays du voisinage, et donc l’externalisation des frontières, même si elle reste limitée et je m’en félicite. Enfin, soulignons que 60 % du fonds va être reversé aux États.

Il est donc légitime de se demander où est la politique européenne."

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche