Gouvernance de l'union de l'énergie : de bonnes propositions mais une logique de marché à l'oeuvre

Gouvernance de l'union de l'énergie : de bonnes propositions mais une logique de marché à l'oeuvre

Explication de vote sur le rapport adopté par le Parlement européen le 17 janvier 2018 concernant la proposition de règlement sur la gouvernance de l’énergie.

 

Cette proposition de règlement sur la gouvernance de l’énergie vise à fusionner plusieurs textes européens (9 directives et 3 règlements) pour mieux agir sur un certain nombre d’objectifs du « paquet » dit énergie climat :

•    réduction des gaz à effet de serre

•    amélioration de l’efficacité énergétique

•    augmentation de la part des énergies renouvelables dans la consommation d'énergie de l'UE

•    fin progressive des aides aux énergies fossiles

Le Parlement européen a porté la proportion des énergies renouvelables à 35% et a insisté sur la nécessité de lutter contre la précarité énergétique via la fourniture de services énergétiques domestiques de base.

Les amendements du Parlement européen sont positifs mais la politique de libéralisation du secteur énergétique reste inchangée. Le financement du système est basée sur une logique de marché qui utilise les recettes du marché carbone pour alimenter la transition énergétique alors même que le marché carbone, malgré sa révision, n’a jamais fonctionné et a surtout créé un droit à polluer pour les plus riches.

J’ai donc préféré m’abstenir.

Retrouvez le rapport adopté ici.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche