Harcèlement et abus sexuels dans l'UE : La peur doit changer de camp !

Harcèlement et abus sexuels dans l'UE : La peur doit changer de camp !

Explication de vote sur la résolution du Parlement européen en faveur de la lutte contre le harcèlement et les abus sexuels dans l'UE adoptée le 26 octobre 2017

Le mouvement de prise de conscience initié par la campagne #metoo après les révélations de l'affaire Weinstein a montré une fois encore l’ampleur du harcèlement et des violences sexuelles subies par les femmes partout dans le monde et quelles que soient les lieux et les catégories sociales.

Les institutions européennes et le Parlement européen n’échappent pas à cette réalité. La loi du silence ne doit plus prédominer et des garde-fous efficaces doivent permettre de rompre enfin l'omerta.

Le texte propose que les cas de harcèlements tant sexuel que moral entre député.e.s et assitant.e.s soient arbitrés par un organe indépendant, afin d’éviter des situations de juge et partie. Des pistes intéressantes sont avancées, en matière de sensibilisation, d’inclusion des stagiaires et de soutien aux victimes.

Il est impératif que les institutions représentatives soient absolument exemplaires face à ce fléau qui doit être combattu avec la plus ferme détermination. Le texte va clairement dans le bon sens même si l'on peut regretter un certain confinement à l'intérieur du Parlement européen.

Il conviendra donc de veiller à ce que tout cela aboutisse à faire enfin véritablement changer les pratiques pour que la peur change de camp.

J’ai bien sûr voté pour.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche