Incitation à la haine raciale : au delà du cas hollandais les institutions européennes doivent être à la hauteur des enjeux

Voir la vidéo

Intervention 13-03-2012 - Nous sommes aujourd'hui dans un débat sur un site internet hollandais qui incite ouvertement à la haine et à la xénophobie vis-à-vis des travailleurs est européens. Voici ce qu'on peut lire sur ce site :
"Avez-vous des soucis avec des immigrés est-européens? Avez-vous perdu votre emploi à cause d'un Polonais, d'un Bulgare? d'un Roumain ou autre? Racontez-nous! "

Cela laisse sans voix. C'est de l'incitation à la haine raciale. Il semble en outre que ce site reçoivent plus de 10 000 plaintes par jour.
L'auteur ? Un parti d'extrême droite. Ce serait grave en soi mais de surcroît il est effectivement, comme cela à déjà été dit, membre de la coalition parlementaire qui soutient l'actuel gouvernement hollandais. Lequel se refuse à condamner.

La présidence danoise et la Commission viennent de condamner cette initiative mais vous continuez aussi à renvoyer aux Etats membres et à leurs tribunaux. Je croyais que la Commission était gardienne des Traités, que la liberté de circulation et la non-discrimination faisait partie des valeurs de l'Union européenne. Je constate que certaines valeurs sont plus importantes que d'autres. Qu'en matière économique, quand il s'agit de libre circulation... des marchandises ou des capitaux, des entraves à la concurrence, la Commission est plus prompte à condamner.
Comment voulez-vous que les citoyens ne s'interrogent pas sur les vraies valeurs de l'Union européenne ?
Mais il y a pire. Des pratiques analogues se développent dans de nombreux Etats membres.
En Pologne deux sites d'extrême droite désignent comme ennemi de la race, pêle-mêle, les militants de gauche, les homosexuels et les étrangers.
En Lettonie on fait la chasse aux Russes à travers leurs plaques d'immatriculations. Tant en Pologne qu'en Lettonie des informations très personnelles circulent sur les personnes concernées aux mépris de la protection des données.
Au Luxembourg une loi a été votée restreignant l'accès aux allocations familiales pour les résidents étrangers.
On a déjà beaucoup parlé de la Hongrie.
Et Monsieur Verhofstadt nous a parlé de la France. Effectivement notre président de la République en campagne, après s'être attaqué aux Roms, veux lancer des référendums sur l'immigration et met en cause l'espace Schengen.

Tout cela est insupportable. Cela rappelle de tristes souvenirs et pas seulement en Europe de l'Est.
Ne nous contentons pas de belle parole et passons aux actes. Il est grand temps.

Marie-Christine Vergiat

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche