La gauche remet en question la politique de la Commission en matière d'OGM suite à la jurisprudence historique de la CJCE

La gauche remet en question la politique de la Commission en matière d'OGM suite à la jurisprudence historique de la CJCE

Les députés GUE/NGL ont demandé aujourd'hui à la Commission si elle allait proposer une législation contraignante pour réglementer clairement la coexistence des OGM avec les cultures traditionnelles suite à une décision de la Cour de justice européenne qui stipule que les produits alimentaires tels que le miel et d'autres aliments contenant des traces d'OGM doivent être considérés comme des «aliments provenant d'organismes génétiquement modifiés».

Le cas concerne les apiculteurs allemands dont le miel a été contaminé par du pollen issu de maïs génétiquement modifié au cours d'essais de terrain de maïs de Monsanto.

Les députés Kartika Liotard, Sabine Wils, Marisa Matias et Nikos Chountis,  cherchent des réponses sur la façon dont la Commission compte gérer les contaminations. Ils veulent savoir si elle est d'accord sur le fait que le moyen le plus sûr d'éviter les contaminations est l'interdiction des OGM et si elle considèrerait une politique de «tolérance-zéro» à l'encontre des OGM.

«La CJCE a confirmé les inquiétudes de ceux d'entre nous qui ont fait campagne contre la notion selon laquelle la coexistence est possible et la Commission doit désormais présenter des règlements forts permettant d'éviter la contamination. La Commission est responsable de cette situation car elle n'a pas mis en place des règles contraignantes sur la coexistence des OGM et des cultures traditionnelles. La décision prouve que les OGM et les cultures traditionnelles ne peuvent pas coexister» ont déclaré les députés.

2011-09-08

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche