Le Parlement européen légalise la discrimination entre les travailleurs migrants

Communiqué de presse de Marie-Christine Vergiat - Députée européenne Front de Gauche - Membre de la commission libertés civiles, justice et affaires intérieures - Alors que tous les regards se portent aujourd'hui vers le Conseil européen, le Parlement européen a adopté une directive controversée : la procédure de demande de permis unique de travail et de résidence des ressortissants des pays tiers. Cette directive aurait pu être un moyen de simplifier des procédures bureaucratiques et de garantir les droits des travailleurs migrants. A l'inverse, ce texte négocié par Véronique Mathieu (Députée UMP-PPE), divise les travailleurs et va exactement dans le même sens que la fameuse directive Bolkestein, celui de la mise en concurrence des travailleurs.

Bruxelles 24 mars 2011

En effet la directive va créer plusieurs statuts pour les travailleurs migrants : celui des résidents, celui des saisonniers, et celui des travailleurs transférés au sein d'une même entreprise. A chaque statut correspondant un certain nombre de droits.

Alors que je défends une vision universelle et indivisible des droits de l'Homme une telle proposition est inacceptable. Il est inadmissible que l'Union européenne crée des discriminations entre les citoyens de l'UE et les citoyens étrangers travaillant légalement dans l'UE. Cette vision universelle n'est pas partagée par la majorité de l'hémicycle qui défend une conception libérale, au sens historique du terme, des droits de l'Homme, limités aux droits civils et politiques.

Or les droits économiques et sociaux sont partie intégrante des droits de l'Homme. Ils doivent être les mêmes pour tous les résidents de l'Union européenne, quelle que soit leur nationalité, et quel que soit leur statut juridique.

Marie-Christine Vergiat

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche