Les citoyens sont ignorés et c'est l'échec pour les négociations sur les nouveaux aliments issus d'animaux clonés

Les citoyens sont ignorés et c'est l'échec pour les négociations sur les nouveaux aliments issus d'animaux clonés

La rapporteur du PE Kartika Liotard (GUE/NGL, Pays-Bas) a exprimé sa déception après que le Conseil et la Commission aient ignoré les députés européens et 77% des Européens qui veulent une interdiction sur les aliments issus d'animaux clonés. Cette dernière tentative de boucler un accord sur la nouvelle réglementation européenne sur les nouveaux aliments s'est terminée sur un échec la nuit dernière.

«Le Parlement établit des normes équitables pour la sécurité alimentaire, la liberté de choix des consommateurs, les normes environnementales et le bien-être des animaux», a déclaré la députée Liotard ce matin, après que la Commission et le Conseil aient rejeté l'appel du Parlement pour l'interdiction de produits issus d'animaux clonés et de leur progéniture. Les aliments produits par nanotechnologie ne seront pas non plus réglementés.
 
 "En guise de compromis, nous avons proposé l'étiquetage obligatoire des aliments de la progéniture des clones, plutôt qu'une interdiction. Les consommateurs seraient alors en mesure de choisir s'ils veulent des aliments produits indirectement par clonage. Mais même cela était trop demander» dit-elle.
L'échec des négociations aura des effets négatifs importants. «Les consommateurs sont privés de leur libre choix. Les nano-aliments et autres produits clonés ne seront soumis à aucune réglementation et seront disponibles dans les magasins sans étiquetage. Les consommateurs n'ont donc pas le choix et peuvent même être exposés à des aliments à risque."
"Pour l'industrie alimentaire l'absence de réglementation est négative. La sécurité des nouveaux aliments est mise en veilleuse. Les fabricants n'ont aucune indication claire de ce qui est autorisé ou pas en Europe. Pourquoi les entreprises devraient-elles investir, si elles n'ont aucune garantie de ce qui sera autorisé dans quelques années? "
"Plus de 90% de tous les animaux clonés meurent ou souffrent de problèmes de santé. Les clones vivants souffrent souvent de problèmes respiratoires et sont plus sensibles à la maladie. Seulement 7% de tous les clones vivent au-delà de 150 jours. Le clonage est de la pure maltraitance d'animaux», a conclu Liotard.
Kartika Liotard sera disponible pour une séance de questions lors de la conférence de presse de 15.00 à 15.30 dans la salle de presse du Parlement européen (PHS 0A050).
 
GUE/NGL Press Contact:
David Lundy 0032485505812
david.lundy@europarl.europa.eu
European United Left / Nordic Green Left
European Parliamentary Group
www.guengl.eu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche