Lettre des députés européens au sujet de la protection des défenseurs des droits de l'Homme en Colombie

Lettre des députés européens au sujet de la protection des défenseurs des droits de l'Homme en Colombie
Lettre des députés européens au sujet de la protection des défenseurs des droits de l'Homme en Colombie

J'ai co-signé avec plusieurs députés européens la lettre adressée aux autorités colombiennes au sujet de la protection des défenseurs des droits de l'Homme en Colombie.

Retrouvez la version originale de cette lettre en cliquant sur le fichier PDF ci-dessous.

Honorable Président Santos,
Chers ministres,
Cher procureur général de la nation,

Nous députés européens vous écrivons pour exprimer notre plus grande préoccupation face à l'augmentation des meurtres et des agressions en Colombie contre les défenseurs des droits de l'Homme et les militants écologistes, ainsi que contre les leaders sociaux et communautaires. Nous soulignons en particulier l'augmentation considérable des meurtres contre ceux qui réclament leurs droits individuels ou droits collectifs et soutiennent les politiques découlant de l'Accord de Paix entre le gouvernement et les FARC-EP.

Comme vous le savez, le Parlement européen continue de soutenir la mise en œuvre de l'accord, soutien ratifié dans une résolution de janvier 2016 adoptée à l'unanimité et réitérée dans une récente déclaration de la Haute Représentante de l'Union européenne lors d'un débat en séance plénière au Parlement européen en Janvier 2018.

Cependant, malgré l'espoir placé dans cet accord et le fait que la Colombie enregistre les taux d'homicides les plus bas en 40 ans, chaque semaine nous recevons des nouvelles de plus de morts de défenseurs et de leaders sociaux. Jusqu'à présent en 2018, chaque 48 heures, un défenseur des droits humains est assassiné. Selon les informations du Bureau du Procureur général de la Nation de Colombie, entre 2017 et 2018, il y a eu 101 homicides contre des dirigeants sociaux, politiques et communautaires et, selon le Bureau du Médiateur national, 204 meurtres ont été commis.

À cet égard, il convient de noter que, selon les données de Front Line Defenders, la Colombie est le pays le plus dangereux pour l'exercice des droits de l'homme dans le monde, avec près de 50% des meurtres de militants en Colombie.
Outre l'augmentation des exécutions, les déplacements forcés, les cas de violences sexuelles, les menaces et les campagnes visant à discréditer les défenseurs, entre autres agressions, se sont multipliés.
Nous craignons que la plupart des meurtres ont eu lieu après plusieurs plaintes contre des menaces, signifiant que ces crimes auraient pu être évités. Des programmes de prévention adéquats et concertés font encore défaut; de même, les programmes de protection existants ne fournissent pas les garanties nécessaires à la défense des droits de l'Homme, manquant dans son application d'une approche territoriale, différenciée et de genre pour répondre aux défis du contexte actuel.

De même, nous réitérons l'importance de faire des progrès complets dans la mise en œuvre de mesures collectives qui répondent aux demandes et défis actuels. Des exemples sont les meurtres de deux demandeurs chefs de terre Urabá Mario Castaño et Hernán Bedoya respectivement le 26 Novembre et 8 Décembre 2017 et l'assassinat récent de Thémistocle Machado dans la ville de Buenaventura le 27 Janvier 2018. Tous avaient déjà signalé plusieurs menaces et n'ont toujours pas mis en place des mesures pour protéger leurs vies.

Les résultats en termes d'enquête, de poursuite et de sanction des responsables ne semblent toujours pas suffisants pour assurer la non-répétition des faits et mettre fin au taux élevé d'impunité qui continue d'entourer ces crimes. Nous sommes conscients que la Colombie est confrontée à de multiples défis dans le cadre de la mise en œuvre de l'Accord. Cependant, nous avons détecté avec une extrême préoccupation la prolifération de groupes armés illégaux dans toutes les régions du pays et le manque de réponses adéquates de la part de l'État.

En particulier, nous regrettons la persistance d'allégations de liens entre les éléments des forces de sécurité, les élites politiques et économiques et des groupes paramilitaires successeurs sans résultats substantiels obtenus à cet égard. Un exemple récent est la tentative d'attentat contre le représentant légal de la communauté de paix de San José de Apartadó (finaliste du Prix Sakharov du Parlement) Germán Graciano Posso le 29 Décembre dernier et les nouvelles alarmantes d'une nouvelle victimisation possible que la même communauté est ciblée. Quelques jours auparavant, le défenseur Graciano Posso avait dénoncé une autre menace sur un plan d'attaque contre lui, qui s'est concrétisé.
Nous félicitons la publication de la Directive 002/2017 du Bureau du Procureur général concernant les directives de protection pour les défenseurs. Cependant, nous regrettons les déclarations de hauts responsables du gouvernement et de l'État qui stigmatisent la défense des droits de l'Homme et minimisent le problème des meurtres.

Ces attitudes sont contraires non seulement aux directives internes mais, en général, elles s'éloignent des politiques internationales sur les défenseurs des droits de l'homme. L'Organisation des Nations Unies elle-même a qualifié cette tendance de "très grave" et a réaffirmé que "les conséquences de l'assassinat d'un défenseur des droits de l'Homme sont plus complexes que ne semblent l'interpréter certains responsables gouvernementaux". Au début du mois de mars, une délégation de la commission INTA du Parlement européen s’est rendu en Colombie et les plus hautes autorités du pays leur ont assuré que les premières mesures concrètes pour répondre aux obligations des accords de libre-échange seront entreprises, y compris les dispositions relatives aux droits de les droits de l'Homme et la démocratie, éléments fondamentaux du Traité, et réaffirmant l'obligation mutuellement convenue du Chapitre sur le développement durable et la Feuille de route. Un autre exemple inquiétant de la stigmatisation et la disqualification du travail des défenseurs est l'exclusion des juges ayant eu des liens avec des organisations des droits de l'Homme dans la sélection pour composer la Cour spéciale pour la paix (JEP).

Nous saluons l'annonce de la nouvelle Directive du Bureau du procureur général en vertu de laquelle les procureurs doivent examiner en première hypothèse que le crime contre un défenseur résulte de l'activité de défense des droits de l'Homme. Nous insistons sur l'importance que les enquêtes ne conduisent pas seulement au jugement et à la condamnation des seuls auteurs matériels, mais qu'elles contribuent effectivement au démantèlement des structures politiques, économiques et militaires qui sont à l'origine de ces crimes et qui encouragent (par action ou omission) la répétition des faits. Il est donc essentiel de clarifier et sanctionner les auteurs intellectuels et les bénéficiaires de ces actions violentes, contraires à la construction d'une paix viable et durable.

Salutations cordiales,

 

SIGNATURES
1. ALBIOL Marina (GUE/NGL), Spain
2. ANDERSON Martina (GUE/NGL), United Kingdom
3. BENITO Xavier (GUE/NGL), Spain
4. BOYLAN Lynn (GUE/NGL), Ireland
5. CARTHY Matt (GUE/NGL), Ireland
6. CHOUNTIS Nikolaos (GUE/NGL), Greece
7. CORRAO Ignazio (EFDD), Italy
8. COUSO PERMUY Javier (GUE/NGL), Spain
9. DURAND Pascal (Greens/ALE), France
10. GONZALEZ PEÑAS Tania (GUE/NGL), Spain
11. JOLY Eva (Greens/ALE), France
12. LOCHBILHER Barbara (Greens/ALE), Germany
13. LOPEZ BERMEJO Paloma (GUE/NGL), Spain
14. LÖSING Sabine (GUE/NGL), Germany
15. NÍ RIADA Liadh (GUE/NGL), Ireland
16. PAPADIMOULIS Dimitrios (GUE/NGL), Greece
17. PANZERI Pier Antonio (S&D), Italy
18. RIVASI Michèle (Greens/ALE), France
19. SÁNCHEZ CALDENTEY Lola (GUE/NGL), Spain
20. SCHOLZ Helmut (GUE/NGL), Germany
21. SOLÉ Jordi (Greens/ALE), Spain
22. TAYLOR Keith (Greens/ALE), United Kingdom
23. TERRICABRAS Josep-Maria, (Greens/ALE), Spain
24. URBAN CRESPO Miguel (GUE/NGL), Spain
25. VALLINA DE LA NOVAL Angela (GUE/NGL), Spain
26. VERGIAT Marie-Christine (GUE/NGL), France
27. WARD Julie (S&D), United Kingdom

Fichier attachéTaille
Lettre MEPs sur la protection des défenseurs des droits de l'Homme en Colombie1002.32 Ko
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche