Lettre à la Haute Représentante F. Mogherini pour Nuriye Gülmen et Semih Özakça

Lettre à la Haute Représentante F. Mogherini pour Nuriye Gülmen et Semih Özakça

Je m'associe pleinement à cette lettre à l'attention de la Haute Représentante Federica Mogherini sur le sort de Nuriye Gülmen et Semih Özakça, deux citoyens turcs qui ont entamé une grève de la faim pour protester contre leur licenciement arbitraire.

Leur état de santé a atteint un stade critique et il est inconcevable que l'Union européenne reste muette face à l'injustice dont ils sont victimes de même que tant d'autres citoyens turcs.

---

Madame la Haute Représentante,

Nuriye Gülmen, une universitaire, et Semih Özakça, un enseignant d'école primaire, sont deux des 200.000 employés publics qui ont été arbitrairement et illégalement licenciés par décret depuis l'imposition de l'état d'urgence en Turquie le 20 juillet 2016.

Réclamant leur travail, ils ont commencé à protester en faisant un sit-in devant le Monument aux droits de l'Homme de la rue Yüksel au centre d'Ankara le 9 novembre 2016. À la suite de plusieurs attaques et mises en détention, Nuriye et Semih ont entamé une grève de la faim le 9 mars 2017.

Le 22 mai, alors même qu’ils ont été arrêtés et détenus le lendemain, ils ont poursuivi leur grève de la faim en prison depuis leur arrestation le 23 mai.
Le 8 juillet 2017, ils ont été transférés à l'hôpital public de Sincan Prison Campus situé à l'extérieur d'Ankara après avoir passé 46 jours derrière les barreaux où ils ont continué leur grève de la faim.

Quinze de leurs avocats ont été arrêtés deux jours avant leur procès, le 12 septembre. La première audience a eu lieu sans la présence des accusés car la gendarmerie a refusé de les amener devant la Cour pour "raisons de santé et de sécurité". La Cour a décidé que Nuriye et Semih devaient rester en détention.

Deux jours avant la deuxième audience, Nuriye Gülmen a été emmenée de l'hôpital Sincan Prison Campus (le 202e jour de sa grève de la faim) puis dans une unité de soins intensifs à l'hôpital Numune d'Ankara.

Vendredi dernier, le 20 octobre, la Cour a ordonné la libération semi-judiciaire de Semih Ozakça, mais s'est prononcée en faveur de la détention de Nuriye Gulmen.

Cela fait maintenant plus de 225 jours depuis le début de leur grève de la faim. Ils sont désormais dans une phase critique. Ils ne demandent qu'à être réintégrés dans leur travail.

Leur combat est un symbole pour tous les citoyens licenciés illégalement de leur travail en Turquie.

À ce stade critique, nous exhortons la Commission européenne à prendre toutes les mesures diplomatiques possibles en leur faveur.

Merci pour votre attention sur cette question urgente.

Cordialement,

CASTALDO Fabio Massimo,

DEMESMAEKER Mark,

HADJIGEORGIOU Takis,

PIRI Kati,

PITTELLA Gianni,

VALERO Bodil,

VERGIAT Marie-Christine,

WARD Julie,

ZIMMER Gabriele

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche