Libye : Il faut refuser tout refoulement vers la Libye et geler les financements européens

Voir la vidéo

Je suis intervenue en session plénière le mardi 29 mai 2018 au sujet de la Libye.

J'ai déposé un certain nombre d'amendements dont quatre qui ont été adoptés et inclus au rapport final pour insister notamment sur les 145 Soudanais qui ont récemment été expulsés du Niger vers la Libye.

Retrouvez mon intervention ci-dessous.

"Madame la Présidente, je partage en grande partie l'analyse du rapport Panzeri. Seule une approche inclusive associant tous les acteurs, sans oublier les acteurs locaux, peut aboutir à une solution en Libye. Il serait bien que les gouvernements européens, certains gouvernements européens, cessent leurs initiatives intempestives pouvant saper le travail de l'ONU. Mais le soutien au seul gouvernement d’entente nationale ne peut aboutir à une solution. Quelle partie du territoire contrôle-t-il? Qui représente-t-il, tout comme les quatre principaux acteurs du conflit libyen réunis à Paris?

Toute mesure passant par les quelques gardes-côtes de ce gouvernement, qui ne sont que ceux de Tripoli, est vouée à l'échec et risque de déboucher sur de nouvelles violations des droits de l'homme. On l'a vu le 6 novembre 2017, lors d'une opération de sauvetage menée par Sea Watch. Vingt personnes seraient mortes à la suite de leur intervention et les survivants, à leur retour en Libye, auraient été placés en détention, torturés et vendus. La Cour européenne des droits de l’homme a été saisie de cette affaire.

Il faut donc geler les financements européens dans ce domaine tant qu’aucune évaluation sérieuse n'aura pas été effectuée, geler le projet SAR et refuser tout refoulement vers la Libye, y compris, Madame la haute représentante, depuis le Niger, comme cela vient d'être fait pour 145 Darfouriens. J'ai déposé des amendements en ce sens et je remercie mes collègues de bien vouloir les soutenir."

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche