Après la visite des migrants tunisiens au Parlement européen : l'urgence de l'action de l'UE

Après la visite des migrants tunisiens au Parlement européen : l'urgence de l'action de l'UE

Communiqué de Marie-Christine Vergiat - Députée européenne Front de Gauche - Membre de la sous-commission droits de l'Homme - membre de la délégations pour les relations avec le Maghreb - Strasbourg 8 juin 2011

Le 8 juin 2011, j'ai accueilli au Parlement européen une délégation de jeunes migrants tunisiens confrontés au cynisme des politiques européennes tout particulièrement en France et en Italie. Ils ont pu exposer leur calvaire mais aussi leurs espoirs à des députés européens appartenant à de nombreux groupes du Parlement européen.

A l'issue de cette visite, je souhaite mettre en avant un certain nombre de propositions que l'Union européenne s'honorerait de reprendre :

-Accueillir des réfugiés qui ont fui la Libye et qui se trouvent bloqués depuis plusieurs semaines voir plusieurs mois dans les camps notamment à la frontière tuniso-libyenne au risque de créer des tensions avec la population locale qui a pourtant fait un immense effort de solidarité vis à vis des 400 000 personnes qui ont fui la Libye depuis la fin février;
-Mettre en œuvre rapidement la directive 2001/55 sur l'octroi d'une protection temporaire à ces jeunes migrants tunisiens qui ont quitté le Sud de la Tunisie qui se trouve dans une situation économique épouvantable du fait et de la chute drastique du tourisme et du conflit en Libye auquel participe pourtant un certain nombre de pays européens;
-Mettre en œuvre les moyens de FRONTEX au service du sauvetage en mer pour éviter que la Méditerranée ne continue à être le cercueil d'un nombre croissant de migrants;
-Verser effectivement et rapidement les aides promises par l'Union européenne aux pays en transition démocratique et ce, sans condition quant à la réadmission de leurs ressortissants et à de nouvelles exigences en matière de libéralisation économique;
-Adopter un moratoire sur le paiement de la dette tunisienne et mettre en œuvre un audit de cette dette afin d'en extraire la dette odieuse qui n'a profité qu'au clan Ben Ali /Trabelsi et ce, en conformité avec le vote récent de l'assemblée interparlementaire UE/ACP;
-Reconnaitre les titres de séjours délivrés par les autorités italiennes dans l'ensemble des pays de l'UE et notamment en France.

Au moment où la révolution tunisienne a soulevé un formidable espoir et renforcé l'universalisme des valeurs de démocratie et des droits de l'Homme, l'UE se devrait d'accompagner sans faille la transition démocratique plutôt que de soutenir les attitudes démagogiques et populistes de certains Etats membres.

 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche