Mon vote pour une Banque Centrale Européenne au service des populations, de l'intérêt général et non de la finance

Bruxelles, le 25 février 2016: Ce rapport d'initiative parlementaire fait comme chaque année une évaluation du fonctionnement de la Banque Centrale Européenne (BCE). Portant sur l'année 2014, il a fait l'objet de plus de polémiques que les rapports précédents au Parlement Européen.

Dans un premier temps, le rapport critiquait le rôle négatif joué par la BCE en Grèce et dans d'autres pays soumis aux politiques d'austérité.

Malheureusement, dans la version finale du rapport, ces points ont été enlevés et la critique se limite à demander une évaluation approfondie du mode de fonctionnement de la "Troïka" et de la participation de la BCE à cette "Troïka".

Pour le reste, le rapport dans sa globalité soutient ouvertement la politique monétaire menée par la BCE.

Comme je l'ai dit les années précédentes, il est indispensable de placer la BCE sous contrôle politique. Il faut que les activités de la Banque Européenne soient prioritairement axées sur les investissements publics,  l'emploi et  la cohésion sociale.

Il est indispensable de mettre fin aux politiques d'austérité. La BCE ne doit plus intervenir de façon indépendante dans les politiques européennes et elle doit agir de façon plus transparente.

Nous avons besoin d'une Banque Centrale Européenne au service des populations, de l'intérêt général et non de la finance.

Sans surprise, j'ai donc voté contre ce rapport.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche