Non à la criminalisation de l'aide humanitaire, non à la soumission des actions des ONG au contrôle des États !

Non à la criminalisation de l'aide humanitaire, non à la soumission des actions des ONG au contrôle des États !

Explication de vote sur la résolution adoptée par le Parlement européen le 5 juillet 2018 sur les orientations pour les États membres pour empêcher la criminalisation de l’aide humanitaire.

Les décisions italiennes et maltaises de refuser l’accostage des bateaux de recherche et de sauvetage en mer ont mis en lumière la criminalisation croissante, des citoyens et acteurs de la société civile venant en aide aux migrants dits en situation irrégulière. Suite aux conclusions hallucinantes du Conseil européen, le Parlement européen a réaffirmé sa condamnation de la criminalisation de l'aide humanitaire.

Le Parlement européen a rappelé sa demande de renforcer les capacités de recherches et de sauvetage en mer et a demandé à la Commission de clarifier sa position dans le cadre dudit « paquet contrebande » afin d’exclure l’aide humanitaire du champ de cette législation.

La résolution a rappelé que la directive sur l’aide aux migrants incite les États membres à ne pas sanctionner l’aide dès lors qu'elle a un caractère humanitaire.

Le PPE (droite parlementaire) a déposé un amendement, affaiblissant cette résolution déjà a minima, qui vise à placer les acteurs engagés dans l’aide humanitaire et leurs activités sous le contrôle des États membres. Cela revient à nier l'indépendance des ONG.

Le texte a donc été largement dénaturé. J'ai donc choisi de m'abstenir ; un vote contre pouvant être interprété comme un refus de soutenir les associations.

Lien vers le texte adopté : http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+MOTION+...

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche