"Nous fermons nos portes aux réfugiés et aux Etats qui les accueillent le plus"

Voir la vidéo

Je me suis exprimée le 19 juin 2018 lors de la réunion conjointe de 4 commissions parlementaires concernant le financement externe des migrations de l'UE. Autrement dit, comment l'UE, sous couvert d'aide au développement bien souvent détournée de son objectif premier, finance des pays tiers notamment en Afrique pour limiter les flux migratoires en direction de l'Europe.

Particulièrement aberrant quand on sait que le HCR a recensé un record de 68,5 millions de personnes déracinées à la fin 2017, soit plus de 2,9 millions de personnes en plus par rapport 2016.

Retrouvez cette vidéo sur ma chaïne Youtube.

"Nous sommes le 19 juin, veille du 20 juin, journée mondiale des réfugiés, date à laquelle les organisations sortent les chiffres officiels sur les réfugiés.

Nous avons d’abord reçu le document de l’EASO, le Bureau européen d'appui en matière d'asile, puis celui du HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Quand on lit le document de l’EASO, on se félicite que pour la deuxième année consécutive, on se félicite que la "pression" migratoire dans l’Union européenne diminue, l'attribution de la protection internationale de l'UE a diminué de 44% et le taux de reconnaissance a diminué de 14% passant ainsi à environ à 50%

Pendant ce temps, la crise mondiale des réfugiés, elle, continue d’augmenter. Il y a eu 68,5 millions de personnes déracinées en 2017, une personne toutes les deux secondes. Ce qui augmente surtout c’est désormais le nombre de réfugiés et non pas le nombre de déplacés internes. Plus 2,9 millions juste de 2016 à 2017 ! 85% de ces mouvements se font dans les pays en développement. 90% se font entre pays voisins.

Alors qu’est-ce qu’on est en train de faire ? On a utilisé toute la flexibilité du budget, on prépare le Global Compact Migration pour la fin de l’année. L’UE est la zone économique la plus riche du monde, elle accueille 2,7 millions de réfugiés sur son territoire, soit moins que la Turquie. Et nous continuons de demander aux pays les plus concernés par les migrations de faire plus.

En effet, les migrations majoritairement se font de façon régulière, mais où sont les migrants réguliers et les migrants dits « en situation irrégulière » ? Nous fermons nos portes aux réfugiés et aux personnes qui sont les plus concernés par les réfugiés.

Je me demande ce que nous allons faire dans les mois et les années à venir, car s’il n’y a plus de flexibilité budgétaire, si on a utilisé tous les redéploiements et si j’ai bien regardé les propositions pour le prochain cadre financier pluriannuel, je me dis que l’UE continue de sombrer dans les égoïsmes nationaux et que nous sommes très loin d’avoir une politique holistique comme nous prétendons l’avoir.

Excusez-moi je suis en colère mais je trouve que ces deux documents mis côte à côte ont quelque chose de tout à fait hallucinant par rapport aux réalités des politiques en direction des réfugiés."

 

Plus d'infos sur les données du HCR : http://www.unhcr.org/fr/news/press/2018/6/5b27c297a/68-millions-personne...

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche