Pour le déblocage rapide de fonds de cohésion à la Grèce - explication de vote

Strasbourg, le 7 octobre 2015 : La Grèce a été un laboratoire des politiques d'austérité.

Le gouvernement d'Alexis Tsipras a tenté de lutter pied à pied contre le nœud coulant que les chefs d'État et de gouvernement de la zone euro ont tenté de resserrer sur eux. En les poussant au Grexit, il a dû accepter un mémorandum scandaleux après un chantage honteux. S'il y a beaucoup à dire sur ce mémorandum et quoique l’on pense de la décision prise, il y a urgence pour la Grèce à débloquer ces fonds.

La Grèce manque cruellement de liquidités et d'investissements, cela exige des mesures immédiates. Le Parlement européen a proposé, dans le cadre de la politique de cohésion, la mise en place de mesures spécifiques pour la Grèce, afin de permettre de débloquer des fonds rapidement. Trois mesures exceptionnelles sont proposés : mettre à disposition de la Grèce 5 % de paiements immédiats des fonds toujours bloqués, augmenter le financement de l'UE à 100% pour la période de financement 2007-2013 (au lieu d'un cofinancement) et améliorer le taux de préfinancement augmenté de 1 milliard d'euros pour les projets de 2015 et 2016. Je vote évidemment pour.

 

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P8-T...

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche