Protection contre les agents cancérigènes ou mutagènes au travail : une nécessité pour un grand nombre de salariés

Protection contre les agents cancérigènes ou mutagènes au travail : une nécessité pour un grand nombre de salariés

Explication de vote sur le rapport concernant la protection des travailleurs contre les risques liés à l’exposition à des agents cancérigènes ou mutagènes au travail adopté par le Parlement européen le 11 décembre 2018.

Le 11 décembre 2018, le Parlement a adopté un rapport sur une proposition de directive concernant la protection des travailleurs contre les risques liés à l’exposition à des agents cancérigènes ou mutagènes au travail. Au sein de l’Union européenne, le cancer est la première cause de mortalité liée au travail. Toutes les heures, entre sept et douze personnes décéderaient d’un cancer d’origine professionnelle. Le projet de directive soumis au Parlement propose de réduire l’exposition des salarié-e-s aux agents cancérigènes, en élargissant la liste des substances devant être évitées et en fixant des durées limites d’exposition. Quatre millions de salarié-e-s supplémentaires devraient être concerné-e-s ; la réglementation pour les employeurs tout comme le rôle des autorités de contrôle étant par ailleurs clarifiés. Sous la pression de mon groupe politique, les gaz d’échappement des moteurs diesel ont été ajoutés à cette liste des substances cancérigènes ou mutagènes au travail ce dont je me félicite puisque 3,- millions de salarié-e-s seraient exposé-e-s à ce risque dans l'UE. Ce projet de directive tel que proposé par le Parlement va dans le sens de l'amélioration de la protection des salariés, j'ai donc voté pour en espérant qu'il ne sera pas édulcoré par le Conseil et qu'il sera ensuite intégralement transposé.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche