Punir sévérement tous les trafic d’espèces sauvages menacées et de leurs produits dérivés

Punir sévérement tous les trafic d’espèces sauvages menacées et de leurs produits dérivés

Explication de vote sur le Rapport sur le plan d’action de l’Union européenne contre le trafic d’espèces sauvages - Rapporteure:  Catherine Bearder

Le trafic d’espèces sauvages menacées et de leurs produits dérivés viole la souveraineté des États et met en danger des écosystèmes entiers.

Il constitue un manque à gagner substantiel au détriment des populations concernées tout particulièrement dans les pays dits « en développement ».

Il est souvent lié à d’autres crimes internationaux organisés, notamment les trafics d’armes et de drogues.

On ne peut donc que se féliciter que l’Union européenne veuille de plus en plus prendre en compte la gravité de ces crimes. 

Ce rapport appelle à prendre des sanctions pénales dissuasive et à mettre les moyens humains, financiers et d’expertise nécessaires pour que celles-ci soient réellement appliquées.

Je regrette cependant que le texte incite à utiliser l’aide au développement dans ce but. Il faut impérativement utiliser des fonds distincts, par exemple issus des amendes imposées.

Je déplore aussi question de la biopiraterie ne soit pas une seule fois évoquée.

La lutte contre le braconnage à destination des marchés du luxe est certes primordiale mais le trafic de données génétiques issues d’espèces sauvages et leurs bénéficiaires peu scrupuleux ne doivent pas être oubliés.

J'ai néanmoins voté pour ce rapport qui va dans le bon sens.


Date du vote : 24/11/2016

Lien vers le texte adopté :  http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&reference=P8-TA-2016-0454&language=FR&ring=A8-2016-0303

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche