Réforme du code des visas : L'obsession pour les migrations dites "irrégulières"

Voir la vidéo

Je suis intervenue le 22 octobre 2018 en commission LIBE sur la réforme du code des visas.

L'intervention est accessible sur ma chaîne Youtube

J'ai suivi ce dossier depuis le départ et j'ai vu ses évolutions.

La réforme devait faciliter le transit des touristes, maintenant on voit que pour certains groupes politiques c'est devenu un instrument de lutte contre les migrations dites "irrégulières". Je suis atterrée de voir que ce système de visas est à géométrie variable.

Nous qui avons le privilège d'être nés dans des pays européens dont les citoyens ont peu de demandes de visas à faire quand ils déplacent dans le monde, nous devrions être un peu moins obsessionnels par rapport aux ressortissants des pays tiers quand ils viennent dans nos États.

Je ne comprends pas que l'on conditionne la délivrance des visas à l'attitude des pays en question. On marche sur la tête.

On a libéralisé les visas avec des pays comme les Emirats Arabes Unis. Je ne ferai pas de commentaires au regard de l'actualité. Mais je me dis qu'on devrait être moins obsessionnel. Je suis contre la conditionnalité avec les accords de réadmission parce que cela n'a rien à voir, ça n'est lié qu'à l'attitude des gouvernements. Or, il ne s'agit ici que du droit à circuler pour un certain nombre de personnes.

La délivrance d'un visa ne devrait pas être lié au fait qu'un Etat tiers coopère ou non en matière de réadmission de ses ressortissants. Pour les visas humanitaires, ce n'est pas une voie régulière vers l'UE, c'est seulement un droit pour des gens vis-à-vis de qui on a un devoir d'accueil, de le faire dans des conditions qui ne mettent pas leur vie en péril.

Je suis contre l'augmentation du prix des visas. Plus cela va, plus nous allons faire de la délivrance des visas, un instrument pour les riches au détriment des plus pauvres. Les consulats auront la possibilité de faire payer leur politique d'externalisation à des entreprises privées. En Afrique subsaharienne, là où les gens sont les plus pauvres, il y a des prix records pour les visas venant vers l'UE.

Je suis contre les demandes trop intrusives, notamment quand on cherche à savoir quels sont les liens de parenté avec les personnes qui acceptent de prendre en charge la venue de quelqu'un sur le territoire de l'UE, souvent pour des motifs de tourisme. Je ne comprends pas pourquoi on limite les représentants d'organisation à des conférences notamment à une limite d'âge. Ce ne sont pas les jeunes qui participent en la matière mais l'ensemble des populations, et sans limite d'âge.

Je ferai donc un certain nombre d'amendements sur ce projet de rapport sur la réforme du code des visas.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche