Refus de la Bulgarie et de la Roumanie dans l'espace Schengen : non à une Europe à plusieurs vitesses

Voir la vidéo

Intervention de Marie-Christine Vergiat - Députée européenne Front de Gauche - Membre de la commission libertés civiles et justice et affaires intérieures - Bruxelles 12 octobre 2011

Le 22 septembre dernier le Conseil a rejeté l'entrée de la Roumanie et la Bulgarie dans l'espace Schengen. Quelle hypocrisie ! Certes, ce sont les Pays-Bas et la Finlande qui ont opposé leur véto à cette demande, mais la majorité des Etats membres, à commencer par l'Allemagne et la France, partage semble-t-il le doute de ces Etats membres. Pourtant la Bulgarie et la Roumanie remplissent désormais les conditions qui ont été imposées aux nouveaux entrants en 2008 et apparaissent même mieux préparés que certains de ceux qui ont été acceptés sans réticences à l'époque.

On invoque la nécessité de soit disant certitudes en matière de lutte contre la corruption et le crime organisé. Foutaises oserai-je dire !

Quelle est la triste réalité ? L'évolution politique dans un certains nombres d'Etats membres est la seule cause réelle de ce refus. La xénophobie mine de plus en plus l'Europe et l'on joue avec les peurs. Car la raison profonde de ce refus est toujours la peur de l'insuffisance des contrôles aux frontières et révèle la réalité de ce qu'est l'espace Schengen.

Qu'en est-il du soit disant principe de libre circulation des personnes si l'on refuse à certains citoyens européens ce qu'on accorde à ceux d'Etats non-membres de l'Union ?

La réalité de l'espace Schengen, c'est que c'est de plus en plus un espace de sécurité au sens étroit du terme. Un espace policier sécuritaire qui permet à l'Europe de se replier sur elle-même. C'est l'Europe forteresse, celle qui refuse d'accueillir quelques milliers de Tunisiens et qui refuse de tendre la main à quelques dizaines de réfugiés libyens.

La démagogie électoraliste des gouvernements finlandais et néerlandais est largement partagée dans de nombreux Etats membres.

La Commission européenne est gardienne des Traités. Peut-elle nous expliquer quels critères nouveaux vont être imposés à la Roumanie et à la Bulgarie? A quand un principe de majorité qualifiée renversée comme en matière économique, en matière de droits de l'Homme, de justice et de libertés ?

Jusqu'à quand laisseront-nous dériver l'Union ? Jusqu'à quand l'intérêt de quelques uns, continuera-t-il de prévaloir sur l'intérêt général ?

Oui l'Union européenne a un problème de gouvernance, mais ce n'est pas un problème de gouvernance économique, c'est un problème de gouvernance politique.

Contact presse :
Juliette Ryan +33 (0) 6 78 00 94 73

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche