Résolution du Parlement sur la COP22: entre non sens et marché carbonne...

Résolution du Parlement sur la COP22: entre non sens et marché carbonne...

Explication de vote

Cette résolution nous révèle que l’Accord de Paris est ”ambitieux, équilibré, équitable et juridiquement contraignant” alors que l'on sait que l’essentiel des dispositions sont non contraignantes et que l'on est largement passé à côté des enjeux historiques auxquels il était indispensable de répondre.

La résolution avoue d'ailleurs que la somme des “contributions déterminées au niveau national” à l’échelon mondial “ne permet même pas d’approcher l’objectif” de limiter le réchauffement planétaire en dessous de 2 °C ; laquelle limitation, inatteignable en l’état,  “ne garantit pas que l’on évitera des incidences graves sur le climat”. C'est dire. Ce serait presque risible si les enjeux n'étaient pas aussi importants.

Cette résolution nous révèle que l’Accord de Paris est ”ambitieux, équilibré, équitable et juridiquement contraignant” alors que l'on sait que l’essentiel des dispositions sont non contraignantes et que l'on est largement passé à côté des enjeux historiques auxquels il était indispensable de répondre.

La résolution avoue d'ailleurs que la somme des “contributions déterminées au niveau national” à l’échelon mondial “ne permet même pas d’approcher l’objectif” de limiter le réchauffement planétaire en dessous de 2 °C ; laquelle limitation, inatteignable en l’état,  “ne garantit pas que l’on évitera des incidences graves sur le climat”. C'est dire. Ce serait presque risible si les enjeux n'étaient pas aussi importants.

Le texte fait aussi du "marché carbone" l’alpha et l’oméga de la lutte contre le changement climatique alors que les systèmes d’échange de quotas d’émission ont largement fait la preuve de leur inefficacité et de leur dangerosité.

Et que dire de la demande pieuse “aux pays développés, en particulier à ceux de l’Union, de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de manière draconienne, au-delà des engagements actuels” quand on sait qu'en pratique, ils font exactement le contraire comme on le voit en France avec l'obstination du gouvernement à maintenir le projet de Notre Dame des Landes.

J'ai donc choisi de m'abstenir en notant avec satisfaction que le Parlement a réaffirmé dans cette résolution sa position en faveur d'une taxation des transactions financières et que l'ENF a très largement voté contre même si Madame Le Pen et Monsieur Philippot ont opportunément oublié de voter sur l'amendement en question.

 

Date du vote: 06/10/2016

Lien vers le texte adopté: http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&reference=P8-TA-2016-0383&language=FR&ring=B8-2016-1043

 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche