Situation en Libye : garde-côtes, milices, migrations, traite... mettons les choses au clair

Voir la vidéo

Je suis intervenue en commission AFET le 21 février 2018 au sujet de la Libye afin de resituer les choses dans leur contexte.
J'ai d'abord souligné que ce n'est pas en formant (en admettant qu’ils soient réellement formés) 150 garde-côtes libyens que l’on règlera le problème du trafic d’êtres humains et quand on ramène des migrants vers les côtes libyennes, on sait qu’ils vont dans des centres qui sont bien souvent aux mains des milices.

Il faut cesser de faire comme si la Libye n’était pas une terre d’immigration quand on appréhende la situation migratoire en Libye et il faut aussi garder en tête que qu'il n'y a pas que les migrants qui sont en danger et aux mains des milices mais que c’est bien l’ensemble de la population libyenne. Le gouvernement dit « national » n’est pas crédible en Libye et ne contrôle qu’environ 15% du territoire et un petit bout de la côte libyenne autour de Tripoli.

Enfin j'insiste sur la Tunisie, pays qui subit les conséquences de ce qui se passe en Libye notamment par rapport à la menace terroriste. Alors, commençons par tracer réellement le financement du terrorisme notamment de ceux qui sévissent en Libye, tant pour le terrorisme que pour le trafic d’êtres humains.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche