Soutien à la candidature de Nasser Zefzafi au Prix Sakharov, leader du Hirak dans le Rif

  • strict warning: Declaration of date_handler_field_multiple::pre_render() should be compatible with content_handler_field_multiple::pre_render($values) in /var/www/vhosts/eurocitoyenne.fr/httpdocs/sites/all/modules/contrib/date/date/date_handler_field_multiple.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter_term_node_tid_depth::operator_options() should be compatible with views_handler_filter_in_operator::operator_options($which = 'title') in /var/www/vhosts/eurocitoyenne.fr/httpdocs/sites/all/modules/contrib/views/modules/taxonomy/views_handler_filter_term_node_tid_depth.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /var/www/vhosts/eurocitoyenne.fr/httpdocs/sites/all/modules/contrib/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 0.
Voir la vidéo

Je suis intervenue en commission jointe AFET/DEVE pour présenter officiellement la candidature de Nasser Zefzafi au Prix Sakharov 2018 au nom de la GUE/NGL et également au nom de plusieurs députés issus de la GUE/NGL, des S&D et des Verts.

La vidéo est accessible sur ma page Youtube.

Le Maroc est un beau pays, un grand pays, à l’Histoire tourmentée au regard des droits de l’Homme notamment.

L’arrivée au pouvoir de Mohammed VI en 1999 a fait naître beaucoup d’espoir. Il avait promis un État moderne et démocratique.

En 2011, une nouvelle Constitution a été adoptée après les protestations de la jeunesse. 

Mais sa mise en œuvre tarde malgré quelques avancées surtout juridiques. Les réformes attendues ne se traduisent pas vraiment dans les faits, surtout sur le plan économique et social comme vient de le dire le Comité économique, social et environnemental marocain dans un rapport publié par la presse marocaines lundi dernier. Les inégalités sociales et territoriales, le chômage des jeunes, la pauvreté y sont pointées et expliquent selon cet organisme officiel la montée des protestations sociales.

Or, ce sont ces revendications sociales qui sont à l’origine du Hirak, le « Mouvement » du Rif, qui a explosé en octobre 2016 à Al-Hoceima et dans les villes avoisinantes. La mort horrible du jeune poissonnier Mouhcine Fikri, broyé dans une benne à ordures en cherchant à récupérer sa marchandise qui venait d’être saisie, a servi de détonateur, cristallisant toute la colère des Rifains.

Le Rif marqué par une longue histoire de résistance, une histoire payée au prix fort à plusieurs reprises sous l’occupation franco-espagnole à la fin des années 50 et sous le règne d’Hassan II. 

Les Rifains considèrent que leur région a été abandonnée par le pouvoir central, manquant d’infrastructures les plus élémentaires et dans les campagnes plus de 85% de la population n’est même pas raccordé à l’eau potable.

Mohamed VI y avait fait naitre beaucoup d’espoir en lui consacrant l’une de ses premières visites rompant ainsi avec la « tradition » de boycott de la région par son père.

Un plan de développement avait été lancé qui devait, en 4 ans, sortir le Rif de son isolement. Il n’est quasiment pas mis en œuvre aujourd’hui.

Après la mort de Mouhcine Fikri, les manifestations pacifiques – les gens portaient des roses et des bougies – se sont multipliées pendant des semaines. Les autorités marocaines ont répondu par la répression : violences à l’égard des manifestants, centaines d’arrestations, dizaines d’assignations à résidence. En majorité des jeunes gens, y compris des mineurs. Des poursuites judiciaires ont été lancées en masse n’épargnant personne, pas même des journalistes étrangers venus couvrir les évènements. Près de 800 procès dont plus de 150 vis-à-vis de mineurs, sous des inculpations de terrorisme et de séparatisme alors que les manifestants demandaient des hôpitaux, des universités et des routes, de la dignité, de l’égalité, de la justice sociale…

Les ONG de défense des droits de l’Homme, tant nationales qu’internationales, ont fait des rapports accablants faisant notamment état de tortures tant au moment des arrestations, des interrogatoires que dans les prisons alors même que le Maroc a ratifié la Convention internationale contre la torture en 1993.

Le 26 juin dernier, la Cour d’appel de Casablanca a condamné à 20 ans de prison ceux qui ont été considérés comme les leaders du Hirak. Parmi eux, Nasser Zefzafi dont nous présentons aujourd’hui la candidature.

Nasser Zefzafi a 39 ans. C’est un enfant d’Al-Hoceima. Depuis qu’il a quitté l’école, il alterne chômage et petits boulots et il s’est identifié, comme beaucoup d’autres jeunes Rifains, à Mouhcine Fikri, considérant que les Rifains ne pouvaient se taire après la mort du jeune poissonnier. Il est très vite devenu un porte-parole pour le « Hirak », résistant aux tentatives d’intimidation. Arrêté le 29 mai 2017, il aurait subi des tortures. Il a été placé en cellule d’isolement et ses proches s’inquiètent pour sa santé physique et mentale.

En soutenant la candidature de Nasser Zefzafi, c’est un symbole que nous voulons soutenir et un signe que nous voulons envoyer aux autorités marocaines pour leur dire que la répression ne mène à rien. Bien au contraire et c’est ce dont témoignent les milliers de jeunes Rifains arrivés en Espagne ces derniers mois, y compris de jeunes activistes du Hirak récemment libérés par grâce royale qui ont déposé des demandes d’asile. C’est dire le doute vis-à-vis des institutions qui s’empare de la jeunesse marocaine.

Nous n’avons pas le droit de nous taire. Nous devons au contraire aider le mouvement social marocain à se faire reconnaitre tant à Zagora, à Jerada qu’à Al-Hoceima. Nous devons aider le Maroc à répondre aux aspirations sociales de sa population et lui éviter de renouer avec les heures sombres de son histoire.

Dans un pays comme le Maroc, il ne devrait pas y avoir de prisonniers politiques, il ne devrait pas y avoir de torture. Et c’est pour cela que je vous invite à voter pour la candidature symbolique de Nasser Zefzafi.

 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche