Stop au harcèlement judiciaire contre Mouad Belghouate

Le rappeur marocain Mouad Belghouate, plus connu sous son nom de scène de "Lhaqed"(l'Enragé), a été condamné hier à quatre mois de prison - sa troisième condamnation en moins de trois ans.

Artiste engagé, militant actif du Mouvement du 20 février, il est arrêté une première fois le 10 septembre 2011 à la suite d'une altercation avec une personne se disant « monarchiste ». Le 15 janvier 2012, Mouad Belghouat est condamné à 4 mois de prison, peine correspondant à la durée qu'il a passée en détention, et il est relâché à l'issue du procès, grâce à une forte mobilisation nationale et internationale.

Sa liberté sera de courte durée puisqu’il est à nouveau condamné en mars 2012 à un an de prison ferme pour « outrage à un officier public dans le cadre de ses fonctions ». Il était en réalité poursuivi pour l’une de ses chansons, dans laquelle il dénonçait la corruption de la police marocaine.

Libéré le 29 mars 2013, il est arrêté une troisième fois en mai 2014 et inculpé pour "ébriété sur la voie publique" et "atteinte à agents des forces de l'ordre". Bien qu’il n'ait cessé de clamer son innocence, Mouad a écopé hier de quatre mois de prison ferme et devra verser une amende de 500 dirhams (45 euros) ainsi que 15 000 dirhams (1 350 euros) aux deux policiers qui s'étaient portés partie civile. Le jugement, rendu en l'absence du prévenu et de ses avocats, a conclu une parodie de procédure au cours de laquelle aucune des requêtes de la défense n’a été accordée, dont la convocation des policiers ayant rédigé les PV ou celle de témoins à décharge. Mouad restera donc en détention jusqu'à la fin de sa peine, le 18 septembre 2014.

A 26 ans, Mouad est devenu un symbole, celui d’une jeunesse exclue, marginalisée, sacrifiée, révoltée, et une justice aux ordres lui en fait payer le prix.
 
Le parallèle avec la Tunisie et notamment le cas de Weld El 15, autre rappeur heureusement libéré en décembre 2013, saute aux yeux
 
Au Maroc, en Tunisie, comme ailleurs, la liberté pour les artistes reste un combat! Or il ne peut y avoir de réelle démocratie sans que cette liberté soit pleine et entière.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche