Comment trouver encore les mots ? - La Marseillaise

Lundi 13 juin : voici le numéro trois de mes chroniques publiées à la Marseillaise, où je dénonce la nouvelle politique dite "révolutionnaire" de la Commission en matière de migration : le "migration compact". 

Une nouvelle fois, j’écris cette chronique aux lendemains d’une session parlementaire à Strasbourg.
Une nouvelle fois, je rentre effarée.

Les migrations ont une nouvelle fois pris une place importante dans nos travaux puisque la Commission est venue présenter au Parlement européen son « Compact migration », une nouvelle politique « révolutionnaire » selon les termes de Frank Timmermans, le 1er Vice-Président de la Commission qui vise à « modéliser » l’accord UE/Turquie pour tous les pays d’Afrique dont sont originaires les migrants qui parviennent sur le sol européen.

Et ils ont osé nous dire que l’accord avec la Turquie était une réussite qui avait permis de sauver des vies et de casser le modèle des passeurs au moment même où le HCR annonçait que plus de 10 000 personnes avaient trouvé la mort en Méditerranée depuis début 2014.

Derrière le « compact migration», il s’agit d’assurer à tout prix le retour de celles et ceux qui seront déclaré-e-s irrégulier(ère)s et même de tout faire pour empêcher qu’ils ne quittent pas leur pays. Et comme on n’est plus au bon temps des colonies, on va établir des partenariats avec les pays concernés et manier la carotte et le bâton. Plus d’argent pour ceux qui coopèrent en les aidant y compris à mieux gérer leurs frontières (sic) et moins d’aides pour ceux qui s’y refuseront.

A cette fin, toutes les politiques extérieures de l’UE vont être mises à contribution. On savait déjà que ces nouvelles politiques d’externalisation du contrôle des frontières européennes devaient se faire sur le dos des aides au développent mais désormais on va menacer les pays les plus pauvres du monde de leur couper les vivres s’ils ne sont pas assez coopératifs.

Comment les dirigeants européens peuvent-ils prétendre ainsi lutter contre les causes profondes des migrations et parler de solidarité quand on sait qu’un quart des réfugiés dans le monde sont sur le sol de l’Afrique et que 87 %  des migrations africaines se font à l’intérieur de ce continent.
Alors oui, devant tant de cynisme, les mots me manquent.

http://www.lamarseillaise.fr/

[1] Il y a 34 millions de migrants africains et 62 millions de migrants européens dont seulement 50 % sont des migrations intra-européennes

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche