Front de gauche à Saint-Apollinaire : bientôt le grand soir ?

Front de gauche à Saint-Apollinaire : bientôt le grand soir ?

J'ai eu le plaisir d'être présente avec mes camarades à Quetigny pour un meeting départemental le 10 avril. ci-dessous un article publié dans "le bien public".

Saint-Apollinaire, capitale du Front de gauche. Au moins ce mardi. C’est dans le fief du député UMP Rémi Delatte, que les forces de Front de gauche, en campagne derrière leur candidat à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, avaient jeté leur dévolu pour organiser leur grand meeting départemental d’avant 1er tour.

« Jean-Luc Mélenchon redonne vraiment l’espoir à gauche », nous a confié Patrick, la trentaine, devant la salle Tabourot des Accords où près de 350 personnes (500 selon les organisateurs) avaient pris place. Un public qui a retrouvé des couleurs en voyant les intentions de vote pour leur favori passer de 7 à 15% en quelques semaines. « La dynamique de la gauche, c’est le Front de gauche », a d’ailleurs martelé d’entrée la conseillère municipale locale Nelly Goby. Puis, chaque représentant des forces de cette alliance politique, des Alternatifs à la Fase, en passant par Solidarités 21, le PCF, le Parti de gauche, sans oublier la Gauche Unitaire, est revenu sur des parties du programme du candidat FDG, mais aussi sur des points de vue plus locaux avec en ligne de mire les législatives. Car il y aura l’après-présidentielle, où le Front de gauche compte bien encore peser. Les messages délivrés : « Remettre l’humain d’abord, avant l’argent. », « Droit au logement, à la santé, droit de vivre, droit de vote pour tous les immigrés » ou encore « un service public pour une équité sur tous les territoires… » Un Smic à 1 700 euros Najate Haïe, porte-parole de Solidarités 21 et candidate sur la 2e circonscription, a ainsi rappelé « le plan stratégique de développement économique pour la construction, l’industrie, l’énergie… », voulu par le FDG, mais aussi « l’indexation des salaires et de tous les revenus des sur le coût réel de la vie », sans oublier le Smic à 1 700 euros. « Avec le Front de gauche, la peur a changé de camp. On va reprendre les richesses accaparées par quelques-uns. C’est l’insurrection citoyenne qui est en marche », a lancé Isabelle de Almeida, secrétaire départementale du PCF et candidate aux législatives sur la 3e circonscription, qui n’a pas manqué de glisser au passage un tacle envers ceux « qui en 2008, ont voulu expérimenter des alliances contre nature avec des élus du Modem à Dijon ou dans l’agglomération. » François Rebsamen, notamment, appréciera… Et l’invitée d’honneur de la soirée était l’élue Marie-Christine Vergiat, qui siège au Parlement européen au côté d’un certain… Jean-Luc Mélenchon. Ancienne dijonnaise – Elle a été également chef de cabinet du maire de Chevigny-Saint-Sauveur, Michel Rasera, de 1981 à 1983 - Marie-Christine Vergiat est venue parler de la vision européenne du candidat Front de gauche. Après l’aspect écologique, chipé aux Verts, voici le Front de gauche qui veut faire exister ses propositions au niveau continental. Et compte bien les imposer à François Hollande si nécessaire. L’ancienne membre du PS, autre point commun avec Jean-Luc Mélenchon, a déclaré que « l’Europe était un des thèmes de notre campagne », contrairement aux « deux soit disant principaux candidats ». « Et si nous sommes violemment opposés à cette Europe-là, nous ne sommes pas anti-européens. » L’Europe du Front de gauche ? C’est « une Europe où la concurrence libre et faussée ne serait pas le premier principe, une Europe proposant une autre répartition des richesses, avec la taxation des transactions financières par exemple, plus de dumping social et fiscal, une banque centrale européenne qui prête directement à ces membres à moins de 1%....» « On veut s’affranchir du traité de Lisbonne car dans l’UE, nombre d’Etats ont l’habitude de s’affranchir des règles quand cela les arrange », a-t-elle insisté. « On pourrait faire pareil, mais en tirant l’Europe par le haut. » Du protectionnisme ? « Nous sommes pour un visa social et écologiste aux frontières de l’Europe. La plupart des pays font du protectionnisme en réalité : la Chine, les USA en premier. Nous, on pense que l’UE pourrait faire la même chose avec ces visas : on taxe les produits de telle façon que les produits européens soient concurrentiels par rapport à ceux des autres pays. ». Marie-Christine Vergiat a conclu : « Il faut que le score du Front de gauche soit le plus élevé possible car c’est le meilleur moyen pour battre Nicolas Sarkozy et cela reste notre objectif. Le vote du front de gauche est un vote utile. Le rapport de force à gauche n’a jamais été aussi élevé depuis 1988. » Date à laquelle le seul président de gauche de la 5e République avait été réélu. Un certain François Mitterrand.

 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche