Marie-Christine Vergiat : « Des situations honteuses »

Marie-Christine Vergiat : « Des situations honteuses »

Article paru dans Nice-Matin (Cannes) le 1 Novembre 2016

 

THIERRY PRUDHON tprudhon@nicematin.fr

La députée européenne Front de gauche, très investie dans la défense des Droits de l’homme, était hier dans les Alpes-Maritimes pour dégager les pistes d’un « accueil digne » des réfugiés

On oublie qu’il s’agit du sort d’êtres humains… Les enjeux électoraux ne doivent pas prendre le pas sur le droit international. Nous sommes déterminés à défendre le droit de ces gens à ne pas mourir de faim. Les pouvoirs publics doivent arrêter de fermer les yeux sur ces situations…» En visite hier à Nice puis à Puget-Théniers, la députée européenne Front de gauche Marie-Christine Vergiat, spécialiste des questions touchant aux Droits de l’homme, a stigmatisé la politique du gouvernement en matière d’accueil des migrants, invitant à une solidarité accrue, tout particulièrement dans notre département. Cécile Dumas, secrétaire du PCF 06, a enfoncé le clou: «Il n’est pas possible d’entendre Eric Ciotti se gargariser que les Alpes-Maritimes n’accueillent aucun migrant.» En présence de militants de l’association Roya citoyenne, qui soutiennent les migrants dans les vallées de la Roya et de la Bévéra – dont Cédric Herrou, cet agriculteur qui sera jugé le 23 novembre pour avoir aidé des étrangers en situation irrégulière –, le but était de dégager des pistes «pour un accueil digne des réfugiés».

« La solidarité n’est pas illégale »

«Nous considérons que la solidarité n’est pas illégale mais indispensable », a souligné Cécile Dumas. Et Marie-Christine Vergiat de fustiger : « Nous assistons à des situations honteuses parce que les pouvoirs publics n’appliquent pas le droit international. Le refus d’accueillir des mineurs est notamment indigne d’un pays comme la France». Pour les élus Front de gauche, les solutions matérielles existent et ils vont, une fois encore, s’employer à les rappeler au préfet. Cécile Dumas liste ainsi un certain nombre de lieux qui pourraient faire office de centres d’accueil temporaire : «L’ancienne base aérienne de Roquebrune, l’hôpital Saint-Roch à Nice, l’ancienne douane de Breil, l’ancienne gendarmerie de Sospel, ou encore plusieurs colonies de vacances appartenant à des comités d’entreprise qui seraient utilisables immédiatement. »

Chaîne de résistance

«Nous vivons à Menton une situation inversée par rapport à Calais. Ce qu’on reproche à l’Angleterre là-bas, on le pratique ici en bloquant les réfugiés en provenance d’Italie, a encore noté MarieChristine Vergiat. Nous sommes aujourd’hui confrontés à une urgence sanitaire, alors que l’hiver approche. Un autre type d’accueil est possible, si on le veut. La France n’est pas à la hauteur des enjeux par rapport à l’Italie ou la Grèce. Avec environ 30 % d’acceptation des demandes de droit d’asile, nous figurons parmi les six derniers pays européens en la matière.» Enattendantd’hypothétiques ouvertures de centres d’hébergement, le Parti communiste a organisé sa propre chaînedesolidarité :leshabitants de la Roya qui épaulent des réfugiés viennent régulièrement récupérer de la nourriture et des vêtements apportés par des militants au siège niçois du parti.

 

 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche